Afrique du Sud : Le secrétaire général de l'OPEP récompensé pour son travail

Imprimer

LIBREVILLE, 13 janvier (Infosplusgabon) -  Il est reconnu que le secrétaire général de l'Organisation des pays  exportateurs de pétrole (0PEP), Mohammed Barkindo, a suivi les exemples des dirigeants mondiaux décédés parmi lesquels Kofi Annan, qui a été secrétaire général des Nations Unies, et le Dr Rilwanu Lukman, ancien ministre nigérian et secrétaire général de l'OPEP qui a été décrit comme l'un des personnages les plus influents et respectés de l'industrie pétrolière.

Mohammed Barkindo, tout au long de son mandat à l'OPEP, a mené le bon combat, et a terminé sa course avec bravoure et en gardant la foi. Après six ans d'un leadership que l'on peut qualifier de remarquable, il cédera les rênes à son successeur, le Koweïtien Haitham al-Ghais, en juillet prochain.

Nous savions que ce jour arrivait. Après tout, le poste est à durée limitée et personne ne peut diriger un groupe de cette envergure pour toujours. Barkindo a toujours été contre le fait de rester un jour de plus que son mandat.

Pourtant, l'industrie s'est habituée à la main ferme de M. Barkindo sur le gouvernail, guidant l'OPEP à travers les eaux volatiles dans lesquelles les producteurs mondiaux de pétrole et de gaz doivent naviguer, y compris le sentiment croissant du public contre les hydrocarbures.


S'il avait juste maintenu l'ordre pendant son mandat, cela aurait suffi, surtout compte tenu des bouleversements provoqués par la pandémie. Mais Barkindo n'est pas du genre à se satisfaire du statu quo, même dans les moments les plus difficiles.

Barkindo a entretenu une relation très respectueuse avec les pays producteurs de pétrole au sein et en dehors de l'OPEP, notamment l'Iran, l'Irak, l'Arabie saoudite, le Venezuela, la Chine et la Russie, ainsi qu'avec les producteurs de schiste américains. Son talent pour construire des ponts était exactement ce dont l'OPEP et les producteurs du monde entier avaient besoin.

En 2017, Barkindo a conduit l'OPEP dans une relation mutuellement avantageuse avec 11 producteurs non membres de l'OPEP (10 pays depuis que la Guinée équatoriale a rejoint l'OPEP en mai 2017), dont la Russie.

En tant que chef de l'OPEP, Barkindo a le devoir d'être impartial. Pourtant, il n'est pas surprenant qu'au cours de son mandat, le nombre de pays membres africains ait augmenté. Le Nigeria, a rejoint l'OPEP il y a 50 ans. Selon ses propres termes, la nation « a joué un rôle majeur dans l'orientation de l'organisation vers la coopération, la bonne volonté, le sentiment d'appartenance et d'unité, et en œuvrant à la stabilité du marché pétrolier, consciente des avantages que cela apporte à la fois aux producteurs et aux consommateurs. "

Vétéran de l'industrie énergétique nigériane, homme d'affaires et diplomate à parts égales, et personne humble à la foi infaillible, sa sagesse, sa force, ses conseils et sa direction sont grandement appréciés et nous manqueront beaucoup à l'OPEP. Mais, connaissant Barkindo, il s'empresserait de nous demander d'être patients avec lui ; il soulignerait que Dieu n'en a pas encore fini avec lui. (Source : African Energy Chamber).

FIN/INFOSPLUSGABON/AEP/GABON2022

 


© Copyright  Infosplusgabon