Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Tanzanie : Les Conseils d'administration de la Banque mondiale et du FMI préconisent le transfert de ressources réelles aux pays en voie de développement

Imprimer PDF

Dar es Salaam, Tanzanie, 17 octobre  (Infosplusgabon) - Le Comité du développement des principales institutions financières mondiales a déclaré, vendredi, que la pandémie de coronavirus (COVID-19) continuait de dévaster les pays, selon une source officielle.

 

La pandémie, a-t-elle indiqué, submerge les systèmes de santé, perturbe la productivité, menace la sécurité alimentaire, multiplie les pertes d'emploi et réduit les revenus, en particulier pour les plus vulnérables.

 

Dans une déclaration publiée à l'issue de sa réunion virtuelle, le Comité ministériel conjoint des Conseils des gouverneurs du Groupe de la Banque mondiale (GBM) et du Fonds monétaire international (FMI) a félicité et soutenu les travailleurs de première ligne qui luttent contre la pandémie et maintiennent l'activité économique et les services essentiels ouverts.

 

Dans les phases de restructuration et de redressement de la réponse de la COVID-19, le Comité a déclaré que le GBM et le FMI devaient aider les pays à mieux reconstruire, en se concentrant sur la promotion des éléments constitutifs d'une reprise inclusive et durable, en assurant un accès à l'énergie abordable et la sécurité énergétique, et en relevant les défis liés aux vulnérabilités économiques et environnementales, y compris le changement climatique.

 

La réunion virtuelle a souligné l'importance d'accroître la mobilisation des ressources intérieures d'une manière qui favorise la justice, l'équité et une croissance inclusive en éliminant progressivement les subventions aux carburants et autres subventions et taxes ayant un effet de distorsion, lorsque cela est possible.

 

Les participants ont noté l'importance d'une réponse immédiate en matière de santé publique, de sécurité alimentaire et d'éducation ; et ont appelé tous les pays à soutenir la disponibilité des fournitures médicales et alimentaires dont dépendent les pays en développement pour éviter le risque d'une crise sanitaire plus large, de la famine et de la faim.

 

"Nous nous félicitons vivement des travaux en cours pour faire face aux risques pour l'égalité des sexes et aux impacts sur la biodiversité qui sont exacerbés par la COVID-19. Nous soulignons que le GBM joue un rôle essentiel dans les principaux défis mondiaux, et ce n'est qu'en reconstruisant plus fort et mieux que le double objectif et les SDG pourront être atteints", ont-ils déclaré.

 

Le Comité ministériel conjoint, également appelé Comité du développement, a appelé le GBM et le FMI à continuer de travailler avec les pays membres, les secteurs public et privé, les partenaires de développement locaux et bilatéraux et les organisations internationales, y compris les Nations Unies.

 

Ils ont déclaré que les blocages, les restrictions et l'incertitude persistante qui y sont associés ont fait chuter les investissements, le commerce et les transferts de fonds, ont érodé les emplois et le capital humain, ont empêché les enfants d'aller à l'école et ont exercé des pressions sur les chaînes d'approvisionnement en nourriture et en médicaments.

 

Selon le Comité, la crise humanitaire peut aggraver la fragilité, les conflits et la violence et intensifier les risques, y compris dans les petits États insulaires.

 

"La crise mondiale exige une réponse globale et solide de la part de la communauté du développement", ont-ils souligné, notant que la pandémie a entraîné la plus grande contraction économique mondiale des huit dernières décennies.

 

"Elle a un impact sur les économies en développement, émergentes et développées, augmente le taux de pauvreté dans le monde, exacerbe les inégalités et compromet les perspectives de croissance économique à long terme", souligne la déclaration.

 

Les membres du Comité ont averti que la crise économique menaçait la vie et les moyens de subsistance des populations vulnérables, notamment les ménages dirigés par des femmes, les jeunes et les personnes âgées, les réfugiés et les personnes déplacées. Elle creuse également les écarts entre les sexes et met en péril les gains et les perspectives de développement durement acquis pour les filles et les enfants en général.

 

Ils ont félicité le Groupe de la Banque mondiale pour la rapidité et l'ampleur de sa réponse contre la COVID-19 dans les pays, en soulignant que le Groupe de la Banque avait été à l'avant-garde des efforts multilatéraux centrés sur l'aide d'urgence, la restructuration et un redressement résistant.

 

"Nous nous félicitons de l'accent mis sur les réponses sanitaires, sociales et économiques, ainsi que sur les politiques, les institutions et les investissements qui seront essentiels à une reprise résiliente, inclusive et durable.

 

"Nous soulignons l'importance d'un vaccin COVID-19 efficace et nous nous félicitons du financement de 12 milliards de dollars américains récemment approuvé pour les pays de l'IDA et de la BIRD afin de soutenir l'achat et le déploiement du vaccin.

"Nous encourageons le GBM à contribuer à un accès abordable et équitable aux tests, aux traitements et aux vaccins pour les pays en développement.

"Alors que la crise COVID-19 continue de présenter des défis sanitaires, économiques et sociaux de grande envergure sur une période prolongée, nous encourageons une action intensifiée pour construire des systèmes de santé solides avec une couverture universelle, augmentant ainsi la préparation et la résilience contre de futures pandémies, a déclaré le comité.

 

Dans ce contexte, il a estimé que les technologies numériques pouvaient garantir des consultations médicales vitales, maintenir les services éducatifs et permettre aux entreprises de survivre.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/TRF/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Newsflash

Abonnez-vous au journal en ligne Infosplusgabon via le kiosque  numérique de la  sogapresse !

 

https://www.e-kiosque-sogapresse.com/fr/a-la-carte/quotidienne/infos-plus-gabon/infos-plus-gabon-13-10-2020.html

AU SOMMAIRE DE l'EDITION  DU 13 OCTOBRE 2020:

► Le financement des Petites et moyennes entreprises (PME)

► DOSSIER : Ecailleurs de poissons : baromètre de la vitalité de la  pêche

► Cours de change du franc  CFA  d’Afrique  centrale

► La problématique de l’eau à Libreville

► Quand les langues révèlent nos origines