Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Le Premier ministre tunisien démissionnaire dénonce des conspirations contre la Tunisie

Imprimer PDF

Tunis, Tunisie,  23 juillet (Infosplusgabon) - Le Premier ministre tunisien démissionnaire, Elyes Fakhfakh a révélé, jeudi, lors d'un entretien avec une radio locale, "l'existence de conspirateurs depuis l'extérieur contre la Tunisie", affirmant que "plusieurs entités étrangères ne souhaitent pas voir la réussite de l'expérience démocratique en Tunisie", sans citer nommément ces entités.

 

"Des parties à l'intérieur du pays qui ont de l'influence et des intérêts privilégiés ne voulant pas les perdre, conspirent contre la Tunisie", a-t-il ajouté.

 

 

Il a appelé "les femmes et hommes tunisiens à défendre les intérêts du pays sur fond de la détérioration de la situation politique et parlementaire qui favorise le système de la corruption", exhortant "les forces réformistes -qui ont adopté le silence présentement- à combattre les forces du mal et à arrêter les dérives de la corruption".

 

 

 

Il a révélé que c'est tout un système qui est à l'origine de son départ du gouvernement dont une partie se trouve à l'intérieur de l'équipe gouvernementale et l'autre en dehors avec un grand réseau d'intérêts qui ne se préoccupe que de ses intérêts personnels, partisans, catégoriels et régionaux étroits".

 

 

 

Parmi ce système, M. Fakhfakh a cité le mouvement Ennahdha qui lui aurait "proposé un deal contre son maintien à la tête du gouvernement", ajoutant "mais je n'ai pas voulu me soumettre à leur désir".

 

 

 

Il a affirmé dans son interview que "le pays est menacé par la faillite qui pourrait entraîner le non-paiement des salaires des fonctionnaires pour lesquels il faut trouver 16 milliards de dinars tunisiens, ce qui est inquiétant".

 

FIN/ INFOSPLUSGABON/IKL/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Newsflash

Kigali, Rwanda, 19 juillet (Infosplusgabon) - Le Rwanda a confirmé samedi 54 nouvelles infections pour la COVID-19, ce qui porte à 1.539 le nombre total de cas dans le pays depuis la mi-mars, a indiqué le ministère de la Santé dans sa dernière mise à jour  à Kigali.