Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Deux syndicats demandent aux représentants de l'Etat malien de se replier dans des zones sécurisées face aux enlèvements

Imprimer PDF

Bamako, Mali, 27 juin (Infosplusgabon) - Le Syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC) et le Syndicat des travailleurs du ministère de l’Administration territoriale (SYLTMAT) ont décidé de demander à leurs militants de se replier dans les zones sécurisées les plus proches face aux multiples attaques dont ils font l’objet depuis un certain temps.

 

 

 

Les deux syndicats ont pris cette décision à l'issue d'une réunion conjointe extraordinaire, vendredi, à Bamako, sur les conditions sécuritaires des représentants de l’Etat  à travers le pays, notamment, les gouverneurs, les préfets et les sous-préfets.

 

Ils disent constater une dégradation de la situation sécuritaire des représentants de l’Etat, qui continuent de faire l’objet d’intimidations, de menaces de mort et d’enlèvements dans l’exercice de leur fonction.

 

Ils condamnent les enlèvements en cours de mission des sous-préfets de Farako et Hombori (Centre), de Tilemsi, de Diré et de Dangha (Nord) et du préfet de Gourma-Rharous (Nord), rappelant que l’Etat a l’obligation de protéger ses représentants contre les attaques dont ils peuvent faire l’objet dans l’exercice de leurs fonctions.

 

Les deux syndicats en appellent à la responsabilité individuelle et collective des militantes et militants face aux enlèvements, tout en réaffirmant la volonté et la disponibilité de leurs militantes et militants à servir l’Etat dans un cadre de travail sécurisé.

 

Au Centre et au Nord du Mali, des enlèvements de représentants de l'Etat par des djihadistes sont récurrents.

 

Ils ne veulent pas la présence de l'Etat dans  les zones qu'ils contrôlent et s'opposent également  à la présence des écoles classiques dont des centaines demeurent encore fermées.

 

Le Dialogue national inclusif (DNI), qui s'est tenu en décembre dernier à Bamako, a, dans une de ses recommandations fortes, demandé à l'Etat de déployer sur tourte l'étendue l'administration et les forces de défenses.

 

Le DNI avait regroupé toutes les sensibilités du pays en vue trouver des solutions aux nombreuses crises (sécuritaires, institutionnelles, sociales et de l'éducation) que connait le Mali.

 

FIN/ INFOSPLUSGABON/ONB/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Newsflash