Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

L'ONU célèbre le 75ème anniversaire de la Charte des Nations unies le 26 juin

Imprimer PDF

New York, États-Unis, 27 juin (Infosplusgabon) - La Charte des Nations unies" a apporté des règles et de l'espoir à un monde en ruines", a déclaré le secrétaire général António Guterres lors d'une cérémonie virtuelle qui s'est tenue ce vendredi à New-York.

 

Commémorant les 75 ans de la signature du texte fondateur de l'organisation, le patron des Nations unies a fait remarquer que le monde marquait aujourd'hui l'anniversaire de cette étape importante "alors que les pressions mondiales s'intensifiaient".

 

La Charte, adoptée par les États membres alors que la Seconde Guerre mondiale touchait à sa fin, avait été signée à San Francisco, aux États-Unis, le 26 juin 1945, et entra en vigueur le 24 octobre 1945.

 

Conçue avant tout comme un moyen de préserver les générations futures du fléau de la guerre, la Charte appelle l'organisation à maintenir la paix et la sécurité internationales, à promouvoir le progrès social et de meilleures conditions de vie, à renforcer le droit international et à promouvoir les droits de l'homme.

 

"La vision de la Charte résiste à l'épreuve du temps et ses valeurs continueront à nous faire avancer", a déclaré le patron de l'ONU.

 

"Elle reste notre pierre de touche pour un monde enlisé dans une pandémie, déchiré par la discrimination, mis en danger par le changement climatique et marqué par la pauvreté, l'inégalité et la guerre".

 

Sur fond de racisme, de dégradation de l'environnement, de multiplication des cyberattaques, de prolifération nucléaire, de corruption et de recul des droits de l'homme fondamentaux, il a rappelé qu'en 1945, les délégués présents à San Francisco - qui avaient eux aussi vécu une pandémie mondiale, la dépression et la guerre - "avaient saisi l'occasion de semer les graines de quelque chose de meilleur et de nouveau".

 

"Aujourd'hui, nous devons faire de même", a déclaré le haut responsable de l'ONU. "Pour parvenir à ce moment décisif, nous devons ré-imaginer le multilatéralisme, lui donner des dents pour qu'il fonctionne comme l'entendaient les fondateurs, et faire en sorte qu'une gouvernance mondiale efficace soit une réalité lorsqu'elle est nécessaire".

 

"Et le multilatéralisme inclusif d'aujourd'hui exige également que la société civile, les villes, le secteur privé et les jeunes fassent entendre leurs "voix essentielles" pour façonner le monde que nous voulons.

 

"Pourtant, il y a aussi beaucoup de choses qui nous encouragent et nous poussent à aller de l'avant, comme le niveau général de solidarité manifesté dans la réponse à la pandémie, l'adoption des objectifs de développement durable (ODD), et le récent activisme des manifestants pour la justice raciale et d'autres, pour faire avancer l'égalité, l'action climatique et une économie verte", a-t-il déclaré.

 

En rendant hommage au service et au sacrifice des soldats de la paix, du personnel et d'autres personnes qui ont donné leur vie pour faire avancer les valeurs des Nations unies, António Guterres a déclaré : "Je suis inspiré par tout ce qui a été construit et réalisé en 75 ans".

 

"Il est temps de persévérer, d'aller de l'avant, de poursuivre nos objectifs, de faire preuve de responsabilité pour notre monde et de prendre soin les uns des autres... C'est à nous de nous montrer à la hauteur de ce moment crucial pour notre avenir".

 

Les porte-plumes de la Charte "ont osé imaginer un monde meilleur défini par la paix et l'égalité", a déclaré le président de l'Assemblée générale, Tijjani Muhammad-Bande, lors de la commémoration.

 

"Alors que nous travaillons à l'avenir que nous voulons et à l'ONU dont nous avons besoin, nous devons nous focaliser sur les résultats", a-t-il affirmé.

 

"Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin d'un système de développement solide et d'une collaboration efficace entre les Nations unies et les institutions financières internationales".

 

Dans la poursuite d'un multilatéralisme inclusif, le président de l'Assemblée a soutenu que nous devons continuer à créer un espace pour la société civile et "assurer la pleine participation des voix qui sont restées trop longtemps ignorées", telles que les femmes, les jeunes, les personnes autochtones et les personnes handicapées.

 

"Il s'agit d'un moment de reconnaissance pour notre planète et notre avenir communs. C'est un moment d'action, d'ambition et de partenariat", a-t-il déclaré.

 

En conclusion, Muhammad-Bande a souligné qu'il y a trois quarts de siècle, les sceptiques doutaient de la détermination des États membres des Nations unies, en disant que "le cynisme ne prévalait pas alors, et ne prévaudra pas non plus aujourd'hui".

 

"Nous, les peuples, restons des nations, unies guidées par les principes de notre Charte", a-t-il soutenu.

 

Mona Juul, président du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC), s'est engagé à "continuer à s'engager ... pour s'assurer que l'ECOSOC reste aussi pertinent aujourd'hui et à l'avenir, qu'il l'était lorsque la Charte l'a envisagé pour la première fois il y a 75 ans".

 

"Aujourd'hui", a-t-elle déclaré, "le monde bouge sous nos pieds", qualifiant la pandémie de la COVID-19 de "signal d'alarme pour que nous renforcions la collaboration internationale".

 

"Il y a 75 ans aujourd'hui, la Charte des Nations unies a été signée à San Francisco", a déclaré Rosemary DiCarlo, responsable des affaires politiques et de la consolidation de la paix à l'ONU.

 

Il s'agit d'une déclaration d'unité d'objectifs après les ravages de la Seconde Guerre mondiale, qui définit notre mission : "préserver les générations futures du fléau de la guerre" [et] nous guide jusqu'à aujourd'hui".

 

FIN/ INFOSPLUSGABON/ONB/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Newsflash