Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les Etats-Unis comptent organiser une rencontre avec les forces de Haftar pour la démobilisation des milices

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 26 juin (Infosplusgabon) - Le département d'Etat américain a annoncé, vendredi, qu'il envisage une rencontre entre des responsables américains avec des représentants de l'armée nationale libyenne (ANL), basée dans l'Est et dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, pour discuter de la question de la démobilisation des milices.

 

 

 

 

 

"Dans le cadre de l'engagement continu des États-Unis avec toutes les parties, la délégation américaine organisera une conversation similaire avec les représentants de l'ANL", a précisé un communiqué du Département d'Etat américain.

 

 

 

"Le 24 juin, le gouvernement américain et le ministère libyen de l'Intérieur se sont rencontrés virtuellement pour reprendre les discussions sur la démobilisation des milices", a rappelé la même source qui précise que "la fin du siège de Tripoli a créé une nouvelle opportunité et un impératif pour s’adresser aux milices, à l’Ouest et à l’Est de la Libye".

 

 

 

Les deux parties ont affirmé que tous les citoyens libyens devraient bénéficier de la protection de forces de sécurité capables et responsables, à l'abri des dangers posés par les milices, les groupes armés et les combattants étrangers, a souligné le communiqué.

 

 

 

La délégation du ministère libyen de l'Intérieur a informé la partie américaine de ses efforts pour promouvoir la sécurité et un programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration des milices (DDR), ainsi que des travaux en cours pour neutraliser les engins non explosés dans la région de Tripoli, a précisé le Département d'Etat qui ajoute que les délégations ont réaffirmé que les groupes armés qui tentent de gâcher le processus politique ou de se livrer à des actes criminels le font avec un risque important de sanctions internationales.

 

 

 

La délégation américaine a souligné son opposition à toute intervention étrangère en Libye et a discuté de l'impératif d'un cessez-le-feu immédiat et d'un retour aux négociations politiques et sécuritaires facilitées par l'ONU.

 

 

 

Les États-Unis étaient représentés par le directeur général du Conseil de sécurité nationale, le major-général Miguel Correa, le sous-secrétaire d'État adjoint, Henry Wooster, et le directeur adjoint du Commandement des États-Unis pour l'Afrique, Stratégie, engagement et programmes, le général de brigade, Steven de Milliano, en plus de l'ambassadeur en Libye, Richard Norland.

 

 

 

Le ministère de l'Intérieur était représenté par le ministre Fathi Bashagha, le vice-ministre aux affaires de sécurité, Mohamed Al-Mdaghi, directeur du bureau INTERPOL en Libye, le colonel-major, Abdelhamid Al-Ghazali, directeur de la coopération en matière de sécurité, le colonel-major, Ali Al-Nwasiri, directeur de l'administration centrale, le colonel-major, Mahmoud Fathallah, directeur de la formation, le colonel major, Fathi Aoun, chef de la brigade d'investigation criminelle, le colonel-major, Mahmoud Achour.

FIN/ INFOSPLUSGABON/OLK/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Newsflash