Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Le représentant du Hcr boucle sa mission d'établissement des faits au Nigeria

Imprimer PDF

Abuja, Nigeria, 13 janvier (Infosplusgabon) - Le représentant du Hcr au Nigeria et à la Cedeao, Antonio Jose Canhandula, a mené une mission d'établissement des faits dans l’État de Benue et de celui de Cross River au Nigeria du 8 au 10 janvier 2018 au cours de laquelle il s'est entretenu avec les réfugiés camerounais à Abande, dans le territoire du gouvernement local de Kwande, à Utanga et Amana, a révélé un communiqué du Hcr.

 

Le représentant a eu des entretiens avec les autorités gouvernementales et les chefs traditionnels et a fait part de la l'engagement du Hcr à travailler en étroite collaboration avec les autorités locales pour offrir une assistance aux réfugiés camerounais sans oublier les communautés d'accueil.

 

“Nous sommes engagés à œuvrer avec le gouvernement du Nigeria pour nous assurer que nous offrons un environnement communautaire sécurisé aux réfugiés camerounais et à leurs communautés d'accueil dans les États de Benue et de Cross River”, a déclaré M. Canhandula. “Ainsi nous recommandons que les réfugiés soient recasés loin de la frontière conformément aux normes internationales”.

 

La première priorité du Hcr consiste à travailler ensemble avec l'Agence étatique de gestion des urgences (State Emergency Management Agency) dans l'esprit de la Déclaration de New York de 2016, en vue de mettre sur pied des camps temporaires, en attendant l'identification, avec une vision à long terme pour explorer des voies qui devraient permettre aux réfugiés de vivre dans les communautés d'accueil, d'avoir accès aux opportunités là où ils peuvent devenir plus autonomes et contribuer à l'économie locale, et participer ainsi au développement de leurs communautés d'accueil, a-t-il expliqué.

 

Depuis octobre dernier, le Hcr a enregistré une augmentation accrue du nombre de personnes en majorité venues de la région anglophone du Cameroun qui avaient fui leurs maisons pour trouver refuge dans les États de Cross River et de Benue au Nigeria. Tenant en compte le nombre de réfugiés camerounais au Nigeria, le représentant du Hcr a souligné que 8.050 réfugiés avaient été enregistrés, en particulier dans l’État de Cross River. Plusieurs autres n'ont pas été enregistrés.

 

En attendant, en collaboration avec la Commission nationale pour les réfugiés, les migrants, les personnes déplacées internes (National Commission for Refugees, Migrants and Internally Displaced Persons), le Hcr va poursuivre l'enregistrement biométrique des nouveaux arrivants dans les États de Cross River et de Benue.

 

“Je tiens à exprimer mes remerciements au gouvernement du Nigeria pour le soutien qu'il a déjà consenti et pour les efforts que les autorités des Etats d'accueil pour l'aide humanitaire offerte aux nouveaux arrivants”, a déclaré M. Canhandula. Cela, a-t-il ajouté, constitue une action salvatrice pour plusieurs d'entre eux qui débarquent les mains vides.

 

La majorité des réfugiés est constituée de femmes, d'enfants et de vieilles personnes qui vivent en ce moment au sein des communautés nigérianes près de la frontière avec le Cameroun. Ceux qui sont parvenus à traverser la frontière et à entrer au Nigeria ont franchi plusieurs points d'entrée non officiels.

 

La situation pourrait s'aggraver si une solution à la crise dans la région anglophone du Cameroun n'était pas rapidement trouvée. Le Hcr est préoccupé par le fait qu'avec la persistance de la crise au Cameroun et les mesures draconiennes prises par le gouvernement que davantage de demandeurs d'asile ne se présentent. Le dialogue politique est nécessaire pour aider à mettre un terme à la crise en cours.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AAF/GABON 2018

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2971 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

PARIS, France, 25 septembre (Infosplusgabon) - Le gouvernement a présenté aux associations d’élus locaux, vendredi 22 septembre, les dispositions du projet de finances pour 2018 qui concerneront les collectivités locales. Au menu : contractualisation entre les préfets et les exécutifs locaux, plafonnement des dépenses de fonctionnement et mise en place d’un système de bonus-malus.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AZP/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon