Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Des émissaires de la FIFA à Bamako pour résoudre la crise du football malien

Imprimer PDF

Bamako, Mali, 11  janvier (Infosplusgabon) -  Une délégation de la fédération internationale de football amateur (FIFA)  est arrivée mardi à Bamako dans le but de mettre en place le Comité de normalisation (Conor) pour résoudre la crise que traverse le football malien depuis quatre ans, a-t-on appris  de source sportive.

 

La délégation comprend le directeur régional du bureau FIFA de Dakar, le Sénégalais El Hadj Wack Diop, le directeur des Associations membres et du Développement Afrique-Caraïbes de la FIFA, le Suisse d’origine congolaise, Verone Monsengo-Omba, la responsable des Associations membres des pays francophones de la FIFA, Segbé Pritchett, et le médiateur de la FIFA, l’Ivoirien Jacques Anoumah.

 

Dès leur arrivée dans la capitale malienne, les émissaires de la FIFA se sont rendus directement au ministère des Sports où ils ont été reçus en audience par le ministre des Sports, Me Jean-Claude Sidibé.

 

Le Conor, qui sera composé d’une demi-douzaine de membres, aura pour missions principales, d'une durée de quatre mois, de relire les textes de la Femafoot et d’organiser une nouvelle élection.

 

Deux émissaires de la FIFA: Vérone Mosengo-Omba et Segbé Pritchett avaient déjà effectué une première mission au Mali en novembre, à l’issue de laquelle, l'instance dirigeante du football mondial a décidé d’invalider l’élection de Mamoutou Touré, à la tête de la fédération malienne de football (Femafoot) et de mettre en place le Conor, rappelle-t-on.

 

Le 9 octobre dernier, l'assemblée générale de la Femafoot avait élu Mamoutou Touré, président de la Femafoot. Son adversaire, Sahala Baby, avait contesté cette élection émaillée, selon lui, de fraudes.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AEZ/GABON 2018

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

 

Qui est en ligne!

Nous avons 2580 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

More than 250 journalists, human rights defenders, students, civil society groups and public institutions are expected to attend the 7th International Festival of Freedom of Expression from 8 to 11 November in Ouagadougou.