Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La persistance des manifestations malgré l’appel au dialogue à la Une de la presse togolaise

Imprimer

 

Lomé,Togo, 14  novembre (Infosplusgabon) - La persistance des manifestations de l’opposition malgré l’appel au dialogue du pouvoir suscite beaucoup de commentaires dans la presse togolaise qui s’interroge sur l’issue de la crise, a-t-on  noté dans les kiosques, ce mardi à Lomé.

 

Le 7 novembre dernier, veille de trois jours de manifestations décrétés par l’opposition, le pouvoir rend publiques quelques mesures d’apaisement et appelle au dialogue. Mais, depuis, la mobilisation ne faiblit pas, au contraire, quatre jours de manifestations sont encore lancées cette semaine.

 

Ainsi, "L’Alternative" publie un message de Tikpi Atchadam, leader du Parti national panafricain (PNP), devenu la coqueluche de l’opposition, pour avoir réussi à mobiliser fortement des populations du Centre et du Nord pour le changement : « peuple en lutte…tu dois maintenir l’élan face à la dictature qui te nie en tant qu’être humain », appelant les populations à ne pas faiblir malgré la « main tendue » du chef de l’Etat.

 

"Flambeau des démocrates" écrit, pour sa part, que bien que le gouvernement ait envoyé des «signaux » pour la décrispation de la tension socio-politique, «plusieurs villes sont restées mobilisées».

 

Selon "La Dépêche", qui s’étonne que la main tendue ne trouve pas preneur, « Faure lâche du lest. Les manifestations ne faiblissent pas ».

 

"Togo Matin" estime que «le gouvernement œuvre pour que le dialogue prenne chair, l’opposition fait de la surenchère ».

 

Pour "Forum de la semaine" qui donne la parole à Ourgna Gnanta, ancien secrétaire général de l’Alliance (proche de l’opposition), devenu un supporter de l’Union pour la république (UNIR, au pouvoir), "accepter le dialogue dans le contexte actuel est une démarche responsable qui mérite le soutien de tous".

 

Cependant, écrit "Le Magnan Libéré", " l’opposition entre allier la pression au dialogue et refuser la main tendue du gouvernement ».

 

L’hebdomadaire "Le Dialogue", vu l’ambiance sur le terrain politique doute : "les protagonistes saisiront-ils la main tendue ?".

 

"Pouvoir et opposition doivent s’accorder autour des questions essentielles pour une sortie de crise", conseille pour sa part "Nouvelle opinion".

 

Pour "Le Patriote", "le dialogue annoncé par le pouvoir a du plomb dans l’aile". Car, constate le journal, "le dialogue risque de finir avant d’avoir commencé. Il est enfin arrivé, mais avec beaucoup de handicaps", souligne l’auteur de l’article.

 

Selon lui, "aussi bien du côté du pouvoir d’où vient le premier son de cloche que de celui de l’opposition, personne ne semble être vraiment disposé, à travers les actes, à aller s’asseoir autour d’une table, du moins pour le moment, pour discuter de quoi que ce soit…les Togolais en auront encore peut être pour longtemps".

 

Dans ce méli-mélo de commentaires, "L’Alternative" révèle que  "Faure refuse de renoncer au pouvoir en 2020", suite à une proposition du président ghanéen, Nana Dankwa Afufo-Addo, de quitter le pouvoir à la fin de son mandat de 2020.

 

Pour le journal, "la volonté manifeste de Faure Gnassingbé de ne pas adhérer au schéma de sortie de crise proposé par ses collègues de la région va envenimer davantage la situation politique du Togo, les jours et semaines à venir, lorsqu’on tient compte de la détermination de l’opposition".

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/PLM/ GABON 2017

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2025 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Le  1er novembre  2017 à  Montpellier,  le Chef de l’Etat Pied-Noir, Pierre  Granès,  a  constitué  le gouvernement  tant attendu  de  la  " Fédération des  Deux Rives". Une avancée importante  qui  devrait  fédérer les  indécis et  mobiliser  plus  que jamais des Hommes et  des  Femmes dans  le nouvel Etat. Autour de Jacques Villard, Président du Conseil des Ministres et Porte-parole du Gouvernement Pied-Noir en  exil,  et du  Président de l’Assemblée nationale, Christian Schembré,   le train du  renouveau  a  bien quitté  la gare…