Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Ouverture mercredi à Bruxelles d'une Conférence africaine sur le diamant

Imprimer PDF

Bruxelles, Belgique, 14  novembre (Infosplusgabon) - Près de 400 délégués dont dix ministres des Mines de pays africains prendront part, à partir de mercredi, à Bruxelles, à la Conférence africaine sur le diamant, organisée à l'initiative des pays africains producteurs de diamants, de la Belgique et du Centre mondial du diamant d'Anvers, annonce un communiqué du ministère belge des Affaires étrangères.

 

Les pays africains attendus à la rencontre sont le Botswana, le Cameroun, la République centrafricaine, le Ghana, la Guinée-Conakry, le Lesotho, la Namibie, la Sierra Leone, l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, précise le communiqué.

 

On note l'absence notoire à ces importantes assises du diamant de la RD Congo et de l'Angola, deux pays producteurs majeurs de diamants.

 

Selon le communiqué, la Belgique à pris l'initiative d'organiser cette conférence en raison, notamment, de l'importance de l'Afrique dans le négoce de diamants à Anvers, le plus important marché mondial de vente et d'achat de diamants bruts.

 

Les trois principaux thèmes retenus pour cette conférence sont la gestion des ressources naturelles, le marketing d'une chaîne d'approvisionnement durable et le diamant synthétique.

 

Le communiqué souligne en outre la présence à cette conférence du président du Processus de Kimberley (PK), l'Australien Robert Owens -Jones, et de son vice-président, Hilde Hardeman.

 

Le Processus de Kimberley est un mécanisme international de certification des diamants bruts dont l'objectif est de lutter contre les diamants issus des zones de conflit qui impose que tout diamant présenté à la vente à un comptoir, où que ce soit dans le monde, soit muni d'un certificat d'origine.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/PLM/ GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2025 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

More than 250 journalists, human rights defenders, students, civil society groups and public institutions are expected to attend the 7th International Festival of Freedom of Expression from 8 to 11 November in Ouagadougou.