Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La résistance aux antibiotiques, une "crise à ne pas ignorer" selon l'ONU

Imprimer PDF

Genève, Suisse, 14 novembre (Infosplusgabon) -  Afin d’ouvrir la voie à la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques (13-19 novembre 2017), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) lancent un appel pour un usage responsable des antibiotiques chez l’homme et chez l’animal, en vue d’endiguer l’émergence de la résistance aux antibiotiques.

 

"Le problème de la résistance aux antibiotiques est une crise mondiale que nous ne pouvons ignorer", selon le déclare le Directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus. "Si nous ne nous attaquons pas à cette menace par une puissante action coordonnée, la résistance aux antimicrobiens nous ramènera à ce temps où les gens craignaient les infections les plus courantes et risquaient leur vie pour des interventions chirurgicales mineures," estime-t-il.

 

La résistance aux antibiotiques a atteint des niveaux dangereux partout dans le monde et compromet notre capacité à traiter les maladies infectieuses courantes. Pour plusieurs infections affectant l’homme – comme la pneumonie, la tuberculose, la septicémie et la gonorrhée – ou l’animal, le traitement devient plus difficile, voire impossible parfois, du fait de la perte d’efficacité des antibiotiques.

 

"La FAO préconise la mise en œuvre de bonnes pratiques dans le cadre de l’élevage d’animaux terrestres et aquatiques et des systèmes de santé", a déclaré Kundhavi Kadiresan, Directrice générale-adjointe des Nations unies et Représentante régionale pour l'Asie-Pacifique de l'agence, à l'occasion du coup d'envoi des célébrations de cette Semaine dans la région.

 

Cette année, le principal message est qu'il importe de consulter un professionnel de la santé ou de procéder à des soins vétérinaires avant d'utiliser des antibiotiques, afin de réduire leur sur-utilisation et de prodiguer les traitements les plus adaptés aux maladies.

 

Face à ces problèmes, l’OMS, la FAO et l’OIE tirent parti de leurs expertises et œuvrent ensemble, dans le cadre d’une approche "Un monde, une santé", en vue de promouvoir les meilleures pratiques pour réduire l’émergence et la propagation des microbes antibiorésistants chez l’homme et chez l’animal.

 

"La sur-utilisation des antimicrobiens affecte leur efficacité, et nous devons réduire leur mauvais usage dans les systèmes alimentaires",  estime le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, qui ajoute: "Les antimicrobiens à usage vétérinaire sont un outil crucial pour la santé et le bien-être animal et une production alimentaire sûre, mais ils ne sont en aucun cas le seul disponible".

 

"Comme en santé humaine, la médecine vétérinaire a connu des progrès fulgurants grâce aux antibiotiques. La préservation de leur efficacité et de leur disponibilité au moyen d’un usage responsable, associé à des bonnes pratiques d’élevage et de prévention, est donc essentiel pour préserver la santé et le bien-être des animaux", souligne la Directrice générale de l’OIE, le Dr. Monique Eloit.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/MOP/ GABON 2017

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2001 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

PARIS, France, 25 septembre (Infosplusgabon) - Le gouvernement a présenté aux associations d’élus locaux, vendredi 22 septembre, les dispositions du projet de finances pour 2018 qui concerneront les collectivités locales. Au menu : contractualisation entre les préfets et les exécutifs locaux, plafonnement des dépenses de fonctionnement et mise en place d’un système de bonus-malus.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AZP/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon