Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Sénégal : Le Tchad appelle l’Afrique à prendre son destin en main face au terrorisme

Imprimer PDF

Diamniadio, Sénégal, 13  novembre (Infosplusgabon) - Le Premier ministre du Tchad, Albert Pahimi Padacké, a demandé, lundi à Diamniadio, au Sénégal, les pays africains en prendre leur destin en main en s’engageant résolument dans la lutte contre le terrorisme.

 

«Le continent doit d’abord compter sur lui-même avant de solliciter l’aide des autres. La lutte contre le terrorisme concerne avant tout la sécurité de l’Afrique et des Africains», a-t-il déclaré au cours de la cérémonie d’ouverture du 4ème Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique qui se tient à Diamniadio, à une quarantaine de kilomètres à l’est de Dakar.

 

S’exprimant au nom du président Idriss Déby Itno «empêché», il a toutefois souligné l’importance de la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme, invitant les Etats africains à aller «au-delà du discours» et à y mettre plus de moyens.

 

«Aucun Etat à lui seul, aucune organisation à elle seule, ne peut enrayer le phénomène du terrorisme. Nous devons agir ensemble parce que nos Etats sont interdépendants et le terrorisme est un phénomène mondial», a déclaré M. Padacké.

 

«Tous les Etats épris de paix doivent s’unir contre cette menace», a-t-il ajouté, estimant que la lutte contre la violence en général, passe aussi par «une justice sociale plus affirmée, le respect des règles du jeu démocratique, l’instauration d’un Etat de droit vécu au quotidien par la population, l’éradication de la pauvreté et une croissance économique profitable à tous».

 

Le Premier ministre tchadien a affirmé que son pays ne peut pas être indifférent face au terroriste qui menace ses voisins.

 

«Le Tchad n’abrite aucune organisation terroriste, mais il a été le premier à intervenir au Mali et consacre d’importantes ressources à la lutte contre le terrorisme qui sévit chez ses voisins», a-t-il dit, se demandant combien de temps son pays tiendra-t-il encore s’il n’est pas soutenu dans ses efforts.

 

La cérémonie d’ouverture du Forum s’est déroulée en présence des présidents du Sénégal, Macky Sall, du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, et du Rwanda, Paul Kagamé, du président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, et du ministre français des Forces armées, Mme Florence Parly.

 

Plusieurs autres personnalités, dont le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Marcel De Souza, et le ministre délégué auprès du ministère japonais des Affaires étrangères, Masahisa Sato, prennent également part à ce Forum annuel qui a pour thème «Défis sécuritaires actuels en Afrique : des solutions intégrées».

 

Le forum, qui va durer deux jours, est organisé par le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur avec l’appui du ministère français de la Défense et de nombreux autres partenaires.

 

Il regroupe «plus de 400 participants» dont des acteurs régionaux et internationaux, des autorités politiques et militaires, des experts, des universitaires, des diplomates, des représentants d’organisations internationales et de la société civile.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/ART/ GABON 2017

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1935 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

LIBREVILLE, 22 septembre (Infosplusgabon) -  Le scrutin de dimanche ne devrait pas bouleverser les équilibres politiques au Sénat. Le renouvellement est en revanche assuré, avec 43 % des sortants qui ne se représentent pas. Le résultat de ces élections influera sur la réforme des institutions voulue par Emmanuel Macron, qui nécessitera une large majorité au Congrès (députés et sénateurs).

 

FIN/INFOSPLUSGABON/TOP/LER/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon