Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Etats-Unis : Retrait des Etats-Unis de l'UNESCO

Imprimer PDF

Washington, DC, Etats-Unis, 12 octobre (Infosplusgabon) -  Les Etats-Unis ont annoncé jeudi leur décision de se retirer de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et chercheront à établir une mission permanente d'observation auprès de l'agence culturelle des Nations Unies.

 

 

"Le 12 octobre 2017, le Département d'Etat a informé la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, de la décision des Etats-Unis de se retirer de l'organisation et de chercher à établir une mission d'observation permanente auprès de l'UNESCO", a déclaré un communiqué publié par Heather Nauert, porte-parole du Département d'Etat américain.

 

"Cette décision n'a pas été prise à la légère et reflète les préoccupations des Etats-Unis à propos de l'augmentation des arriérés à l'UNESCO, de la nécessité d'une réforme fondamentale de l'organisation et de la persistance des préjugés anti-israéliens à l'UNESCO".

 

«Les Etats-Unis ont indiqué à la directrice générale leur désir de s'engager avec l'UNESCO en tant qu'Etat non membre observateur, afin de contribuer aux vues, perspectives et expertises des Etats-Unis sur certaines des questions importantes entreprises par l'organisation, y compris la protection du patrimoine mondial, le plaidoyer pour la liberté de la presse et la promotion de la collaboration scientifique et l'éducation".

 

Le communiqué a déclaré que selon l'article II (6) de l'Acte constitutif de l'UNESCO, le retrait des Etats-Unis prendra effet le 31 décembre 2018. Les Etats-Unis resteront membres à part entière de l'UNESCO jusqu'à cette date.

 

Dans une réaction après avoir reçu une notification officielle de la part du Secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a exprimé son profond regret devant la décision des Etats-Unis, la qualifiant de regrettable et de perte pour l'UNESCO, la famille onusienne et le multilatéralisme.

 

Dans un communiqué, elle a déclaré : "L'universalité est essentielle à la mission de l'UNESCO visant à renforcer la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, pour défendre les droits de l'homme et la dignité".

 

«En 2011, lorsque le paiement des contributions des membres a été suspendu à la 36ème session de la Conférence générale de l'UNESCO, j'ai déclaré que j'étais convaincue que l'UNESCO n'avait jamais autant importé aux Etats-Unis ou les Etats-Unis pour l'UNESCO".

 

«C'est d'autant plus vrai aujourd'hui que la montée de l'extrémisme violent et du terrorisme appelle de nouvelles réponses à long terme pour la paix et la sécurité, pour lutter contre le racisme et l'antisémitisme, pour combattre l'ignorance et la discrimination".

 

Mme Bokova a déclaré que le travail de l'UNESCO pour promouvoir l'alphabétisation et une éducation de qualité, exploiter les nouvelles technologies pour améliorer l'apprentissage, renforcer la coopération scientifique, promouvoir la durabilité des océans et la liberté d'expression, pour défendre la sécurité des journalistes, autonomiser les filles et les femmes en tant que moteurs de changement, en tant que constructeurs de la paix et de renforcement des sociétés confrontées à des situations d'urgence, les catastrophes et les conflits, ont été partagés par le peuple américain.

 

Elle a déclaré que malgré le retrait des fonds, depuis 2011, l'UNESCO a approfondi son partenariat avec les Etats-Unis qui n'avait jamais été aussi significatif.

 

Ensemble, nous avons œuvré pour protéger le patrimoine culturel commun de l'humanité face aux attaques terroristes et pour prévenir l'extrémisme violent par l'éducation et l'éducation aux médias.

 

«Ensemble, nous avons travaillé avec le regretté Samuel Pisar, Ambassadeur honoraire et Envoyé spécial pour l'éducation sur l'Holocauste afin de promouvoir l'éducation à la mémoire de l'Holocauste dans le monde entier comme moyen de combattre l'antisémitisme et le génocide aujourd'hui, y compris entres autres, la Chaire de l'UNESCO pour l'éducation sur le génocide à l'Université de Californie du Sud et la Chaire UNESCO sur l'alphabétisation et l'apprentissage à l'Université de Pennsylvanie".

 

Mme Bokova a déclaré qu'ensemble, ils avaient travaillé avec l'OSCE pour produire de nouveaux outils pour les éducateurs contre toutes les formes d'antisémitisme comme ils l'avaient fait pour lutter contre le racisme anti-musulman dans les écoles et lancé le Partenariat mondial pour l'éducation des filles et des femmes en 2011. Ils ont également collaboré avec la communauté universitaire américaine, dont 17 chaires universitaires de l'UNESCO, pour promouvoir l'alphabétisation, les sciences pour la durabilité, enseigner le respect de tous dans les écoles.

 

Elle a déclaré que ce partenariat avait été incorporé dans plusieurs domaines dans leur interaction avec le United States Geological Survey, avec le US Army Corps of Engineers, avec les sociétés professionnelles américaines, pour faire progresser la recherche pour la gestion durable des ressources en eau, l'agriculture, la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse à Washington DC en 2011 avec le National Endowment for Democracy.

 

"Au moment où la lutte contre l'extrémisme violent appelle à renouveler les investissements dans l'éducation, dans le dialogue entre les cultures pour prévenir la haine, il est profondément regrettable que les Etats-Unis se retirent de l'agence des Nations Unies.

 

"Au moment où les conflits continuent à déchirer les sociétés du monde entier, il est profondément regrettable que les Etats-Unis se retirent de l'agence des Nations Unies pour promouvoir l'éducation à la paix et protéger la culture attaquée".

 

Mme Bokova a déclaré que la tâche de l'UNESCO n'était pas terminée et qu'ils continueront de la faire avancer pour construire un 21ème siècle plus juste, pacifique et équitable et pour cela, l'UNESCO a besoin du leadership de tous les Etats.

 

"L'UNESCO continuera à travailler pour l'universalité de cette Organisation, pour les valeurs que nous partageons, pour les objectifs que nous nous sommes assignés pour renforcer un ordre multilatéral plus efficace et un monde plus juste et plus pacifique", a-t-elle ajouté.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/OIL/GABON 2017

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2089 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

LIBREVILLE, 22 septembre (Infosplusgabon) -  Le scrutin de dimanche ne devrait pas bouleverser les équilibres politiques au Sénat. Le renouvellement est en revanche assuré, avec 43 % des sortants qui ne se représentent pas. Le résultat de ces élections influera sur la réforme des institutions voulue par Emmanuel Macron, qui nécessitera une large majorité au Congrès (députés et sénateurs).

 

FIN/INFOSPLUSGABON/TOP/LER/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon