Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les conflits et les changements climatiques sont les principaux facteurs de la faim dans les pays les plus pauvres (Rapport)

Imprimer PDF

Nairobi, Kenya, 12 octobre (Infosplusgabon) -  Selon un nouveau rapport, les niveaux de la faim dans le monde ont diminué de plus d'un quart depuis 2000, mais les récents scores de la faim en augmentation dans plusieurs pays soulignent à quel point ces progrès ont été inégaux.

 

Selon l'Indice de la faim dans le monde (Ghi) de 2017, la famine a jeté l'ombre sur quatre pays au cours de l'année écoulée alors que les conflits et les changements climatiques continuent de frapper les plus pauvres.

 

L'indice de la faim dans le monde de cette année indique qu'au-delà de ces crises aiguës, les obstacles à long terme à la réduction de la faim dans plusieurs pays peuvent également menacer les efforts pour atteindre la faim zéro.

 

Cela n'est nulle part plus évident qu'en Afrique au sud du Sahara, où les données révisées placent la République centrafricaine dans la catégorie «extrêmement alarmante».

 

Le rapport a été préparé par quatre acteurs non étatiques, les organisations internationales de la société civile, l'Institut de recherche sur les politiques alimentaires (Ifpr),  Welhungerlife de l'Allemagne et Concern Worldwide d'Irlande.

 

La situation alarmante en République centrafricaine (Rca) marque la première fois qu'un pays en développement est tombé dans la catégorie la plus élevée depuis 2014, selon le rapport.

 

"Le pays a le même score aujourd'hui qu'en 2000, suggérant que les progrès réalisés ces dernières années ont été inversés par la suite", indique le rapport.

 

A sa douzième année, le Ghi classe les pays sur la base de quatre indicateurs clés: la sous-alimentation, la mortalité infantile, l'émaciation des enfants et le retard de croissance des enfants.

 

En 2017, il a classé 119 pays dans le monde en développement, dont près de la moitié ont des niveaux de faim «extrêmement alarmants», «alarmants» ou «graves».

 

Le score Ghi moyen pour le monde en développement est de 21,8, ce qui est dans le bas de la catégorie «sérieux». Sur le plan régional, l'Asie du Sud (30,9) a les niveaux de faim les plus élevés, suivis de près par l'Afrique au Sud du Sahara (29,4).

 

Parmi les pays pour lesquels les scores peuvent être calculés, les 10 premiers pays les plus touchés par la faim sont la République centrafricaine, le Tchad, la Sierra Leone, Madagascar, la Zambie, le Yémen, le Soudan, le Liberia, le Niger et le Timor.

 

Plusieurs autres pays, dont le Sri Lanka, la Mauritanie et le Venezuela, affichent également des scores Ghi plus élevés en 2017 qu'en 2008, après avoir enregistré des scores décroissants au cours des deux décennies précédentes.

 

"Les résultats de l'indice de la faim dans le monde de cette année montrent que nous ne pouvons pas hésiter à atteindre l'Objectif de développement durable des Nations unies de zéro faim d'ici à 2030", a déclaré Shenggen Fan, directeur général de l'IfprI.

 

 

"Nous avons fait de grands progrès vers cet objectif, mais les signes que ces progrès sont menacés soulignent la nécessité d'établir la résilience dans les systèmes alimentaires", a ajouté le responsable.

 

Au milieu de quelques données très inquiétantes, il y a aussi de bonnes nouvelles. Le niveau de la faim dans les pays en développement a diminué de 27% depuis 2000.

 

Au cours de la même période, les scores Ghi de 14 pays, dont le Sénégal, l'Azerbaïdjan, le Pérou, le Panama, le Brésil et la Chine, ont augmenté de 50% ou plus.

 

L'Angola, l'Ethiopie et le Rwanda, qui ont connu chacun un conflit violent au cours des dernières décennies, étaient parmi les 72 pays qui ont amélioré leur score Ghi entre 25 et 49,9%, passant de «extrêmement alarmants» à «graves».

 

Les baisses de la faim moyenne aux niveaux régional ou national masquent certaines réalités sinistres.

 

Les moyennes peuvent masquer les zones à retardement où des millions de personnes ont encore faim, ce qui démontre la nécessité de tenir les gouvernements responsables non seulement pour les investissements dans les données en temps opportun, mais aussi pour renforcer la résilience dans les communautés.

 

Selon le rapport, les chocs liés aux conflits et au climat ne peuvent échapper au blâme.

 

"Les chocs liés aux conflits et au climat sont au cœur de ce problème. Nous devons renforcer la résilience des communautés sur le terrain, mais nous devons aussi renforcer la solidarité publique et politique à l'échelle internationale ", a déclaré Dominic MacSorley, Pdg de Concern Worldwide.

 

Selon le rapport, les groupes, qui ont le moins de pouvoir social, économique et politique, comme les femmes et les filles, les minorités ethniques et les ruraux pauvres, connaissent souvent des niveaux plus élevés de pauvreté et de faim.

 

Les pays qui manquent de données sont peut-être ceux qui souffrent le plus: neuf de ces pays ont des indicateurs comme le retard de croissance, l'émaciation et la mortalité infantile qui soulèvent des inquiétudes importantes pour avoir des niveaux élevés de la faim.

 

Deux de ces pays (Soudan du Sud et Somalie) ont été inclus dans la déclaration des Nations unies sur la famine et les risques de famine.

 

Les conflits en cours dans plusieurs de ces pays ont empêché la collecte de données nécessaires au calcul des scores Ghi.

 

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/OIL/GABON 2017

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1779 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

RDCongo, 7 septembre (Infosplusgabon) - La République démocratique du Congo (RDC) a signé, à Brazzaville, un accord avec la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) pour officialiser son adhésion au Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (GABAC), en qualité de membre associé, a-t-on appris jeudi de sources officielles.