Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

L'éducation des réfugiés doit être un élément fondamental dans la réponse humanitaire

Imprimer PDF

GENEVE,  Suisse, 12 septembre (Infosplusgabon) -  Plus de 3,5 millions de réfugiés n'avaient pas eu la chance d'aller à l'école durant la dernière année académique, a déclaré l'Unchr, l'agence onusienne en charge des réfugiés, dans un rapport publié ce mardi.

 

Intitulé "Laissés derrière: l'éducation des réfugiés en crise", le rapport renseigne qu'à l'échelle mondiale, 91 pour cent des enfants sont à l'école primaire, mais en ce qui concerne les réfugiés, le pourcentage se situe au niveau de 61 pour cent, et à moins de 50 pour cent dans les pays à faibles revenus.

 

Selon toujours le rapport, il y aurait 6,4 millions d'enfants en âge d'aller à l'école - entre 5 ans et 17 ans - parmi les 171 millions de réfugiés sous le couvert du mandat de l'Unhcr. "En 2016, seuls 2,9 millions d'enfants ont été inscrits à l'école primaire ou secondaire. Plus de la moitié d'entre eux -3,5 millions- n'avaient pas été inscrits à l'école", révèle le communiqué.

 

"L'éducation de ces jeunes enfants est cruciale au développement pacifique et durable des pays qui les accueillent, et au niveau de leurs pays d'origines lorsqu'ils y retournent. Cependant comparés aux autres enfants et adolescents à travers le monde, le fossé, en terme d'opportunités pour les réfugiés, s'élargit de plus en plus".

 

Au fur et à mesure que les enfants grandissent, les obstacles s'accroissent: seuls 23 pour cent des adolescents réfugiés sont inscrits à l'école secondaire, par rapport à 84 pour cent chez les autres adolescents au niveau mondial. Dans les pays à faibles revenus, seuls 9 pour cent des réfugiés sont capables de s'inscrire à l'école.

 

Concernant l'éducation tertiaire, ou post-secondaire, la situation est très critique, ajoute le communiqué. Le pourcentage demeure au niveau de 1 pour cent pour les réfugiés, par rapport à 36 pour cent au niveau mondial.

 

Le rapport demande à ce que l'éducation soit considérée comme quelque chose de fondamentale dans la réponse aux urgences des réfugiés, et qu'elle soit également soutenue par des planifications à long terme et un financement fiable.

 

Le rapport exhorte également les gouvernements d'inclure les réfugiés dans leurs systèmes éducatifs nationaux, et met en exergue certains des progrès enregistrés dans la mise en œuvre d'une telle politique, même au niveau des pays où les ressources se font rares.

 

Ce rapport publié ce mardi est le deuxième rapport annuel sur l'éducation de l'Unhcr. Le premier, qui s'appelait "Les laissés-pour compte", a été publié en prélude du sommet de l'Assemblée générale des Nations unies sur les réfugiés et migrants durant le mois de septembre dernier. La déclaration de New York pour les réfugiés et migrants, signée par 193 pays, met l'éducation au cœur de la réponse internationale au problème des réfugiés.

 

"En dépit du soutien écrasant en faveur de la déclaration de New York, une année plus tard, les réfugiés se trouvent toujours en risque d'être marginalisés ou laissés derrière en terme d'éducation", a déclaré M. Grandi.

 

"Faire tout pour s'assurer que les réfugiés aient l'accès équitable à une éducation de qualité à travers le monde, est une responsabilité partagée. Il est grand temps pour nous tous de traduire nos déclarations en actes concrets".

 

L'Unhcr travaille avec d'autres partenaires pour octroyer l'éducation aux réfugiés dans le monde, ceux qui se trouvent dans les camps et en dehors des camps. L'accroissement des fonds est un besoin urgent pour enrôler davantage d'enfants réfugiés à l'école.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/IOL/MPER/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1806 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

More than 250 journalists, human rights defenders, students, civil society groups and public institutions are expected to attend the 7th International Festival of Freedom of Expression from 8 to 11 November in Ouagadougou.