Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

RDCongo : Plus de sept millions d'enfants forcés à abandonner l'école en raison du conflit

Imprimer PDF

KINSHASA, RD Congo, 11 septembre (Infosplusgabon) - La situation de l'éducation en République démocratique du Congo est alarmante, avec 7,4 millions d'enfants loin des bancs des classes, en raison des conflits dans le pays, a averti, ce lundi, le Conseil norvégien en charge des réfugiés (NRC).

 

Malgré ce chiffre inquiétant, seul 4 pour cent des fonds humanitaires ont été alloués au secteur de l'éducation, pendant toute la durée de l'année scolaire de neuf mois, a indiqué le conseil dans un communiqué.

 

"Les fonds insignifiants alloués à l'éducation mettent l'avenir de beaucoup d'enfants en péril et les exposent à l'analphabétisme, ce qui les rend plus vulnérables au chômage lorsqu'ils seront en âge de chercher des emplois," a mis en garde le coordinateur du Programme d'éducation en RDC du NRC, Celestin Kamori.

 

Au cours des dernières décennies passées,  la République démocratique du Congo a subi de nouveaux et récurrents conflits qui ont forcé plus de 3,8 millions de personnes à fuir leurs domiciles.

 

Environ 684000 de ces personnes qui ont abandonné leurs habitations sont des enfants en âge d'aller à l'école, selon le NRC.

 

"Quand les enfants sont déplacés, ils sont forcés de suspendre leur éducation, ou de l'abandonner définitivement,", a ajouté M. Kamori.

 

Ces perturbations notées dans leur développement personnel altèrent leurs progrès personnels, et portent atteinte aux situations socio-économiques du pays tout entier.

 

Selon le NRC, le manque d'éducation est plus durement ressenti dans les provinces de Kasai. Depuis le mois d'Août 2016, l'intensification des violences dans la province du grand Kasai a entraîné le déplacement 850.000 enfants et causé la destruction de plus de 900 écoles.

 

Les écoles qui sont ouvertes dans la localité servent d'abris aux familles déplacées. Le conflit a également eu des effets dévastateurs dans les autres parties du pays.

 

Dans la ville de Kalemie, située dans la province de Tanganyika, le pourcentage des enfants non-scolarisés parmi les enfants déplacés de la tranche d'âge de 6 à 11 ans est de 92 pour cent, une hausse par rapport au taux de 76 pour cent enregistré au cours de l'année, d'après le conseil.

 

Les difficultés notées dans l'éducation d'urgence au Congo sont aggravées par un système éducatif déjà affaibli et incapable d'absorber les chocs causés par le conflit chronique.

 

Selon le NRC, les donateurs et bailleurs de fonds dans l'agenda humanitaire devront accorder comme priorité la résorption du gap et du déficit noté dans le financement à l'éducation dans les situations d'urgence.

 

"Les bailleurs devraient admettre également que l'éducation est un outil protecteur. Les enfants inscrits dans les classes en situation d'éducation d'urgence rattrapent leur retard et les espaces amicaux pour enfants sont des moyens dissuasifs qui peuvent faire renoncer les enfants à leurs projets de rejoindre les groupes armés", a indiqué M. Kamori.

 

Depuis son installation en République démocratique du Congo en 2001, le NRC, dans le cadre de son programme d'éducation, a octroyé du soutien éducatif à des milliers d'enfants déplacés.

 

En 2016, Le NRC avait offert du soutien éducatif à environ 88.000 enfants et? rien qu'au mois de juin 2017, le conseil à payé les frais scolaires à plus de 1600 enfants affectés par la crise à Kananga, dans la province centrale du Kasai.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/GDF/NKL/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1719 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

PARIS, France, 25 septembre (Infosplusgabon) - Le gouvernement a présenté aux associations d’élus locaux, vendredi 22 septembre, les dispositions du projet de finances pour 2018 qui concerneront les collectivités locales. Au menu : contractualisation entre les préfets et les exécutifs locaux, plafonnement des dépenses de fonctionnement et mise en place d’un système de bonus-malus.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AZP/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon