Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Côte d'Ivoire: "Les projets agricoles doivent être bancables", a déclaré un responsable de la BAD

Imprimer PDF

ABIDJAN,  Côte d'Ivoire, 9 septembre (Infosplusgabon) -  Les projets agricoles développés pour l'Afrique doivent être financés et incités afin d'attirer les investisseurs privés qui cherchent à faire du profit et les jeunes qui cherchent un emploi.

 

Ce fut le message clé partagé par Jennifer Blanke, vice-présidente chargée de l'agriculture et du développement humain et social à la Banque africaine de développement (BAD), jeudi, au cours du 7ème Forum de la Révolution verte africaine à Abidjan, en Côte d'Ivoire.

 

Blanke faisait partie d'un panel dans une session intitulée «Fermeture du marché - Investir dans l'agriculture africaine», à côté du ministre sénégalais de l'Agriculture, Papa Seck; Sani Dangote, vice-président du groupe Dangote; et Krim Lotfi Senhaji, PDG d'OCP Africa.

 

Blanke a déclaré à la session que le récit autour de l'agriculture en Afrique devrait passer de l'agriculture considérée comme mode de vie à une entreprise commerciale.

 

"Traditionnellement, les grands projets agricoles sont attendus des gouvernements. Maintenant, plus que jamais, nous devons reconnaître que le financement du secteur privé est également nécessaire pour que la révolution verte de l'Afrique prenne forme", a-t-elle déclaré.

 

"Ce n'est pas seulement le financement venant du gouvernement et du secteur privé dont nous avons besoin, mais aussi le savoir-faire. Nous examinons les technologies pour l'agriculture qui sont disponibles, mais ne sont pas destinées aux agriculteurs, car il n'y a pas d'investisseurs privés pour combler l'écart ".

 

Elle a déclaré que la BAD investira 24 milliards de dollars américains au cours des 10 prochaines années dans l'agriculture, qu'elle a déclaré également ne pas être suffisant pour mener une prospère révolution verte en Afrique.

 

Blanke a reconnu que l'agriculture n'est pas exempte de risques pour les entreprises et a appelé les organisations et les gouvernements à offrir des garanties et des assurances à l'agroalimentaire.

 

"Vous ne pouvez pas vous attendre à un risque zéro dans l'agriculture de sorte que l'un de nos rôles à la Banque est de fournir des garanties de risque pour les entreprises agroalimentaires. Cela vise à réduire le sentiment de risque perçu sur le continent, qui est principalement dû au changement climatique", a-t-elle déclaré.

 

"Si les investisseurs peuvent également intervenir pour fournir des garanties en cas de perturbations - comme la sécheresse et les maladies des cultures -, alors les investissements agricoles sur le continent seront protégés.

 

Dans sa présentation d'ouverture, le conférencier invité à la session, Mamadou Sengafowa Coulibaly, ministre de l'Agriculture et du Développement rural en Côte d'Ivoire, a déclaré que le continent attire de gros flux d'investissements, mais continue de souffrir de la pauvreté.

 

Cela, a-t-il déclaré, est possible parce que l'accent mis sur l'agriculture est placé sur l'exportation de matières premières et non sur la production de produits de qualité avec valeur ajoutée.

 

L'Afrique est le berceau de l'humanité. Nous avons beaucoup de ressources naturelles, mais plus de 50 ans après l'indépendance, l'Afrique est l'endroit où nous avons le plus grand nombre de pauvres dans le monde ", a-t-il déclaré.

 

"Je crois profondément que la réponse viendra d'investir davantage dans la valeur ajoutée aux produits agricoles, ce qui aidera les agriculteurs à gagner plus qu'ils ne gagnent".

 

Coulibaly a ajouté : «La chaîne de valeur dans l'agriculture doit permettre aux petits agriculteurs d'avoir plus d'argent. Si nous voulons que les jeunes s'intéressent vivement à une agriculture rentable, les agriculteurs ne devraient pas être considérés comme de simples producteurs de matières premières, mais être impliqués dans le processus de valeur ajoutée".

 

Dans son discours, la présidente de l'Alliance pour une révolution verte en Afrique, Agnès Kalibata, a souligné qu'il est essentiel de surveiller les performances et les graduations des petites entreprises agroalimentaires afin de comprendre les défis sous-jacents à la révolution verte du continent.

 

Elle a également souligné le rôle de la BAD dans l'avancement de l'agro-industrie par le biais de sa stratégie Feed Africa qui a prévu une transformation dans le secteur.

 

"La BAD a indiqué une volonté constante de prioriser l'agriculture par le biais de ses programmes tels que le projet Feed Africa et les High 5s, qui cherchent à transformer le secteur en un moteur de la croissance économique et du développement du continent", a-t-elle déclaré.

 

Feed Africa est la stratégie de la Banque africaine de développement pour la transformation agricole sur le continent. Officiellement lancé en 2016, la stratégie s'étend jusqu'en 2025.

 

En 2015, le président de la Banque, Akinwumi Adesina, a lancé le High 5 - qui sont cinq priorités de développement pour l'institution : mettre la lumière et électrifier l'Afrique ; Feed Africa; industrialiser l'Afrique ; intégrer l'Afrique ; et améliorer la qualité de vie pour les populations vivant en Afrique.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/ATG/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1848 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

RDCongo, 7 septembre (Infosplusgabon) - La République démocratique du Congo (RDC) a signé, à Brazzaville, un accord avec la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) pour officialiser son adhésion au Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (GABAC), en qualité de membre associé, a-t-on appris jeudi de sources officielles.