Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Afrique du Sud : l’opposition appelle à la dissolution du Parlement et à de nouvelles élections

LIBREVILLE, 10 août (Infosplusgabon) - L’opposition officielle, la Democratic Alliance (DA), a appelé mercredi à la dissolution de l‘Assemblée nationale de l’Afrique du Sud après l’échec mardi de la motion de défiance contre le Président Jacob Zuma.

 

"Le Parlement devrait être dissous”, a déclaré, au cours d’une conférence de presse tenue mercredi au Cap, le chef de file de la DA, Mmusi Maimane. Il a annoncé que son parti allait déposer une motion jeudi pour exiger la dissolution du Parlement.

Il a ajouté que le pays ne peut attendre jusqu’en décembre le congrès du Congrès national africain au pouvoir (African National Congress, Anc) qui va décider du départ de Zuma.

“Nous sommes sûrs que l’Anc a perdu la confiance de la plupart des Sud-africains. Nous disons, allons-y. Exigeons une élection pour l’avenir de notre pays et faisons le tout de suite. Lorsque Jacob Zuma aura complètement détruit l’Anc et le pays, il sera trop tard. Prenons un nouveau départ maintenant”, a-t-il ajouté.

Comme déjà annoncé,  Zuma a échappé à une motion de défiance mardi lorsque 198 députés ont voté contre la motion de défiance contre lui. Cependant 177 députés –parmi lesquels 30 appartenant au parti au pouvoir, ont voté en faveur de la motion.

C’est la première fois en 23 ans de démocratie qu’un tel nombre de députés de l’Anc décide de voter aux côtés de l’opposition en défiant leur position de parti.

Maimane a souligné que Zuma n’a dû son salut qu’au fait que des députés de l’Anc ont voté pour leur survie personnelle“ et ont soutenu et défendu la corruption, le pillage et la capture de l’Etat”. (Source Pana).

 

FIN/INFOSPLUSGABON/ANL/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1689 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

LIBREVILLE, 22 septembre (Infosplusgabon) -  Le scrutin de dimanche ne devrait pas bouleverser les équilibres politiques au Sénat. Le renouvellement est en revanche assuré, avec 43 % des sortants qui ne se représentent pas. Le résultat de ces élections influera sur la réforme des institutions voulue par Emmanuel Macron, qui nécessitera une large majorité au Congrès (députés et sénateurs).

 

FIN/INFOSPLUSGABON/TOP/LER/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon