Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

QATAR : La liberté d’expression et la protection des journalistes au menu d’une conférence internationale à Doha

Par Antoine  NKOLO LAWSON, envoyé  spécial à Doha

Doha, Qatar,  6 août (Infosplusgabon) - L'Association  gabonaise des  journalistes agenciers de presse écrite et audiovisuelle (AJAPE) a été invitée à participer à une conférence internationale du 24 au 25  juillet à Doha (Qatar), sur la liberté d'expression. La conférence qui a  été  organisée par le Comité national des droits de l'homme (QNH) du Qatar en collaboration avec la Fédération internationale des journalistes et l'Institut international de la presse sous le thème «Liberté d'expression: faire face à la menace», a adopté les  recommandations ci-dessous.

 

 

Nous, représentants d'organisations internationales, régionales et nationales de journalistes, groupes de défense des droits de l'homme et de liberté d'expression réunis à la Conférence internationale de Doha, au Qatar du 24 au 25 juillet 2017, organisé par le Comité national des droits de l'homme du Qatar en coopération avec La Fédération internationale des journalistes et l'International Press Institute, condamnent sans équivoque les menaces des gouvernements du Royaume d'Arabie Saoudite, des Émirats arabes unis, de la République arabe d'Égypte et du Royaume de Bahreïn, demandant la fermeture de  la  chaîne de télévision d'Al Jazeera ainsi que  d'autres médias, y compris Arabi21, Rassd, Al Araby Al-Jadeed et Middle East Eye.

Cette conférence recommande:

SUR LA SÉCURITÉ DES JOURNALISTES

La Conférence reconnaît les nombreuses résolutions adoptées ces dernières années par l'Assemblée générale des Nations Unies, le Conseil de sécurité et le Conseil des droits de l'homme déplorant l'impact des attaques contre les journalistes et les autres travailleurs des médias sur le droit de l'opinion publique et la liberté d'expression. Un effet de refroidissement que de telles attaques, surtout lorsqu'elles sont perpétrées en toute impunité, ont sur l'ensemble des médias.

La Conférence reconnaît expressément que le travail des professionnels des médias les expose souvent à un risque spécifique d'intimidation, de harcèlement et de violence (Résolution 2222 (2015) du Conseil de sécurité des Nations Unies, Résolution 33/2 du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies du 29 septembre 2016 et Résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies 70/162 du 17 décembre 2015 sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité). En outre, il a été largement reconnu que l'obligation de rendre compte de toutes les formes de violence à l'encontre des journalistes et d'autres professionnels des médias est un élément clé pour prévenir de futures attaques.

La Conférence a soutenu l'élaboration d'un nouvel instrument international contraignant consacré à la sécurité des journalistes, y compris un mécanisme d'application spécifique, qui améliorerait la réponse internationale aux attaques contre les journalistes et à la culture de l'impunité. Une convention sur la sécurité des travailleurs des médias, éventuellement négociée au sein de l'Assemblée générale des Nations Unies, offrirait l'avantage de systématiser les obligations pertinentes découlant de multiples textes juridiques et de les rendre plus accessibles aux décideurs et aux autorités chargées de l'application de la loi et à regrouper les dispositions applicables aux normes relatives aux droits de l'homme et au droit humanitaire, en les adaptant à la situation des journalistes.

Une telle convention comprend, par exemple, l'obligation de protéger les journalistes contre les attaques contre leur vie, les campagnes arbitraires d'arrestation, de violence et d'intimidation, l'obligation de protéger contre les disparitions forcées et les enlèvements (par des agents de l'État ou des acteurs privés), l'obligation de mener à bien des enquêtes efficaces sur des ingérences présumées et pour traduire les auteurs en justice.

La Conférence croit enfin que les dispositions juridiques actuelles devraient être élargies au-delà de l'obligation de protéger les journalistes contre les attaques contre leur vie et comprennent les disparitions forcées et les enlèvements (par des acteurs étatiques ou privés), des arrestations arbitraires, des actes d'intimidation, de l'expulsion / refus d'entrée, des confiscations / dégâts à la propriété et aux nouvelles formes de violence vécue par les journalistes pendant le printemps arabe 2011, et à développer les résolutions S-2/1 et S-9/1 du Conseil des droits de l'homme concernant les attaques contre les installations médiatiques et permettant l'accès ainsi que des corridors média sécurisés en zones de conflit.

La Conférence appelle donc les gouvernements à :

1. Reconnaître toutes les recommandations, engagements, déclarations et résolutions promulgués ou approuvés par des organisations internationales telles que l'ONU et l'UNESCO;

2. Mettre en œuvre immédiatement le dernier plan d'action de l'ONU et améliorer leur collaboration avec des organisations dédiées à la sécurité des journalistes et des travailleurs des médias;

3. Reconnaître et à accepter leurs obligations de protéger les journalistes en tant que civils en situation de conflit;

4. Renforcer les mécanismes et les lois nationaux, y compris les lois pénales et réviser le système de justice pour mettre fin à l'impunité et fournir une assistance judiciaire et législative pour prévenir les violations graves des lois humanitaires internationales, y compris le ciblage des journalistes.

La Conférence a par ailleurs demandé également aux organisations de presse de reconnaître leur devoir de diligence pour tous leurs journalistes.

SUR LES LIBERTÉS DES MÉDIAS

Estimant que la liberté d'expression est un droit fondamental de l'homme consacré  dans l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme (1948), définie comme la liberté de «chercher, recevoir et diffuser des informations et des idées par tous les médias et indépendamment des frontières».  En croyant également, comme l'a déclaré l'UNESCO, que les États ont l'obligation de veiller à ce que la législation visant à répondre aux préoccupations relatives à la sécurité nationale et à la criminalité ne dépasse pas les lois de protection des sources autres que dans des circonstances exceptionnelles étroitement définies et que les États prévoient de protéger les droits des sources;

La conférence appelle les gouvernements à reconnaître le droit des organisations de médias de signaler l'information librement et sans ingérence du gouvernement et de permettre aux citoyens d'accéder à l'information sur leur propre gouvernement et leurs institutions en raison de la transparence et de la responsabilité.

Elle appelle également les gouvernements à limiter leur capacité à réduire l'accès aux médias et à fixer les limites des rapports et à l'accès à l'information et à permettre un arbitrage transparent et indépendant sur les décisions relatives à la publication.

La Conférence reconnaît également le rôle vital joué par les syndicats dans le soutien de la liberté d'expression pour les journalistes.

En reconnaissant le danger d'établir des limites légales à l'expression et en acceptant les risques en permettant aux États d'intervenir sur l'information en ligne, la conférence invite les gouvernements et les organisations médiatiques à contester les discours haineux, y compris la misogynie, le racisme, l'islamophobie et l'antisémitisme, et l'extrémisme, et de promouvoir l'idée que l'encouragement d'une pluralité d'idées et d'idéologies est la solution pour contester le fanatisme et les préjugés. (Suivra).

 

FIN/INFOSPLUSGABON/ANL/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1660 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

PARIS, France, 25 septembre (Infosplusgabon) - Le gouvernement a présenté aux associations d’élus locaux, vendredi 22 septembre, les dispositions du projet de finances pour 2018 qui concerneront les collectivités locales. Au menu : contractualisation entre les préfets et les exécutifs locaux, plafonnement des dépenses de fonctionnement et mise en place d’un système de bonus-malus.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AZP/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon