Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Côte d'Ivoire : Les groupes de droits de l'homme exhortent le gouvernement ivoirien à s'attaquer aux questions liées aux droits humains du fait que la mission de l'Onu prend fin

Côte d’Ivoire-Gouvernement-Droits de l’Homme

LIBREVILLE, 30  juin (Infosplusgabon) - Alors que la mission de maintien de la paix des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) prend fin le vendredi 30 juin 2017, plusieurs groupes de défense des droits de l'homme ont exhorté le gouvernement ivoirien à redoubler d'efforts pour s'attaquer aux graves problèmes de droits à l'origine des violences politiques passées dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest.

 

 

La Côte d'Ivoire s'est réjouie de plus de six ans de paix et de sécurité relatives depuis une crise post-électorale dévastatrice en 2010-2011, ont noté, dans un communiqué de presse publié vendredi, Human Rights Watch, la Fédération internationale des droits de l'homme (Fidh), le Mouvement ivoirien pour les droits de l'homme (Midh) et la Ligue ivoirienne des droits de l'homme (Lidho).

Cependant, ils ont prévenu que les progrès insuffisants du gouvernement pour aborder une culture d'impunité de longue date, pour réformer les forces de sécurité et renforcer les institutions d'application de la loi menacent les perspectives à long terme du pays pour la paix et le développement.

"La Côte d'Ivoire s'est éloignée de la violence et des conflits qui ont marqué tant de vies et ont déchiré les communautés, mais il est trop tôt pour dire si la reprise est durable", a déclaré Drissa Traoré, vice-président de la Fidh. "Les dividendes de la paix auxquels les Nations unies ont contribué pourraient être renversés à moins que le gouvernement ivoirien n'aborde l'immunité omniprésente et le manque de discipline dans l'armée".

Commençant avec les affrontements mortels qui ont suivi les élections présidentielles de 2000 et plus tard le conflit armé de 2002-2003, les groupes internationaux et ivoiriens des droits de l'homme ont documenté les abus commis lors de la violence politique et interethnique qui a hanté la Côte d'Ivoire jusqu'à la fin de la crise post-électorale de l'année 2010 -2011.

"Une décennie de conflit et d'instabilité a été ponctuée par d'horribles violations des droits de l'homme, y compris les exécutions extrajudiciaires généralisées, la torture et la violence sexuelle ciblée des forces gouvernementales, les milices liées aux gouvernements, les groupes d'étudiants et les forces rebelles", a déclaré le communiqué de presse.

La mission de l'Onu a été créée en avril 2004 pour surveiller un accord de cessez-le-feu après le conflit armé de 2002-2003, avec les soldats de la paix surveillant une «zone de confiance» qui séparait le sud, contrôlé par le gouvernement, du nord dominé par les rebelles. Cette impasse s'est poursuivie jusqu'aux accords de paix de Ouagadougou de 2007, qui ont ouvert la voie aux élections présidentielles de 2010 et, après la crise post-électorale 2010-2011.

 

Aïchatou Mindaoudou, la représentante spéciale du secrétaire général de l'Onu et chef de la mission de maintien de la paix, a déclaré en juin que "des progrès démontrables ont été réalisés sur tous les fronts". L'Onu cite à juste titre les élections présidentielles pacifiques de 2015 et les élections législatives de 2016 comme preuve d'une sécurité améliorée. Et un référendum constitutionnel de 2016 a supprimé une clause de nationalité de la division qui a alimenté des décennies de tensions ethniques et politiques, bien que le vote ait été critiqué pour son manque de transparence.

"Malgré ces progrès, le gouvernement du Président Alassane Ouattara n'a pas pleinement abordé les problèmes clés en matière de droits de l'homme qui ont contribué à la violence politique passée et aux conflits", ont déclaré les groupes des droits de l'homme.

«Au cours de la décennie de troubles, qui a abouti à la crise post-électorale de 2010-2011, la culture de l'impunité qui a permis aux responsables d'atrocités d'échapper à la justice était un facteur clé pour perpétuer les abus. L'ancien Président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, un ancien chef de la milice, sont jugés devant la Cour pénale internationale pour des crimes allégués contre l'humanité. Et pourtant, la grande majorité des commandants et dirigeants impliqués dans une décennie de graves violations des droits de l'homme - des deux côtés de la fracture militairo-politique - n'ont pas été tenus responsables.

Les groupes des droits de l'homme ont noté que le gouvernement ivoirien a progressé dans le renforcement du système de justice après des années de négligence. "Mais le procès à l'encontre de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre de l'ex-Première Dame Simone Gbagbo soulève des doutes quant à la capacité du système de justice ivoirien à tenter équitablement et efficacement de traiter avec sérieux les cas de droits de l'homme. Et la promotion, en janvier, de plusieurs commandants de l'armée soupçonnés d'être impliqués dans des abus lors de la crise post-électorale soulève des inquiétudes au sujet de l'ingérence politique potentielle dans les enquêtes ".

Les groupes ont déclaré que le manque de responsabilité pour les violations des droits de l'homme est révélateur d'un échec plus large à s'attaquer à une culture d'impunité de longue date au sein de l'armée. Les mutineries en janvier et mai, où les soldats ont pris le contrôle de la deuxième plus grande ville du pays (Bouaké) et des quartiers dans plusieurs autres villes, reflètent une perception plus large selon laquelle l'armée est "au-dessus de la loi".

Ils ont déclaré que la mission de maintien de la paix a mené une formation approfondie pour les forces de sécurité, y compris sur le respect des droits de l'homme, et l'armée a réduit les atteintes aux droits humains commises par des soldats contre des civils.

 

Cependant, le gouvernement n'a pas réussi à tenir les soldats responsables de la criminalité, des atrocités de la crise post-électorale, à l'exploitation illicite des ressources naturelles par les commandants de l'armée, à l'extorsion aux points de contrôle par les soldats de base.

Un rapport du Groupe d'experts des Nations unies de mars 2016 a révélé que les anciens commandants rebelles «qui occupent des rôles clés dans l'appareil de sécurité ivoirien, continuent d'avoir accès à des actifs privés, des ressources financières et des armes», a déclaré le communiqué de presse.

"C'est un cercle vicieux", a déclaré Yacouba Doumbia, président de Midh. "L'échec du gouvernement à réduire les activités économiques illicites des soldats et l'accès de leurs commandants à la richesse et aux armes privées rend plus difficile de les rendre responsables d'autres abus".

La découverte par des soldats mutins en mai d'une cache d'armes à Bouaké a souligné l'échec du processus de désarmement de la Côte d'Ivoire pour sécuriser les armes cachées dans les arsenaux privés. Le gouvernement a ouvert une enquête judiciaire et a déclaré qu'il cherchera à localiser les armes cachées dans d'autres endroits.

Les groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que beaucoup des tensions sous-jacentes qui ont causé la violence ethnique passée restent non résolues, notamment un processus incomplet de réconciliation nationale et une compétition continue sur les terres.

Bien que les conflits fonciers puissent progressivement devenir moins fréquents, ils restent un facteur clé de la violence locale, comme en témoignent les affrontements intercommunautaires en mars 2016 à Bouna qui ont tué des douzaines de personnes et déplacé des milliers d'autres.

Au même moment, alors qu'il avance avec la mise en œuvre d'une loi foncière de 1998, le gouvernement devrait renforcer la capacité de l'autorité locale à trouver des solutions justes et durables aux tensions sur les terres.

Le communiqué de presse a déclaré que le départ des forces de maintien de la paix et les récentes mutineries soulignent la nécessité d'intensifier les efforts pour lutter contre l'impunité de longue date et professionnaliser les forces de sécurité. Cela devrait inclure un système de justice militaire renforcé et des mécanismes disciplinaires militaires internes améliorés.

 

Les groupes de défense des droits de l'homme ont exhorté les autorités à respecter la promesse de poursuivre les individus - y compris les membres des forces de sécurité - impliqués dans les atrocités pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

Ils ont déclaré que cela exige que le gouvernement fournisse au pouvoir judiciaire un soutien adéquat pour mener à bien ses enquêtes, ainsi que pour terminer l'exhumation des victimes dans l'ouest du pays.

Le fait de tenir des auteurs de haut niveau responsables, y compris ceux qui ont lutté contre Ouattara pendant la crise, enverrait le message que ceux qui recourent à la violence et les violations des droits de l'homme dans des moments de tension politique seront confrontés aux conséquences, ont ajouté les groupes des droits de l'homme.

"Avec le départ de la mission de maintien de la paix de l'Onu, le gouvernement de la Côte d'Ivoire est seul responsable de relever les défis des droits de l'homme qui menacent la stabilité à long terme", a déclaré Jim Wormington, chercheur de l'Afrique de l'Ouest chez Human Rights Watch. "Cela signifie s'attaquer à l'impunité et faire face aux causes profondes des tensions politiques et ethniques".

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/UOP/GABON 2017

 

© Copyright Infosplusgabon

 

Qui est en ligne!

Nous avons 1873 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Le  1er novembre  2017 à  Montpellier,  le Chef de l’Etat Pied-Noir, Pierre  Granès,  a  constitué  le gouvernement  tant attendu  de  la  " Fédération des  Deux Rives". Une avancée importante  qui  devrait  fédérer les  indécis et  mobiliser  plus  que jamais des Hommes et  des  Femmes dans  le nouvel Etat. Autour de Jacques Villard, Président du Conseil des Ministres et Porte-parole du Gouvernement Pied-Noir en  exil,  et du  Président de l’Assemblée nationale, Christian Schembré,   le train du  renouveau  a  bien quitté  la gare…