Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les développements militaires sur le terrain et leur rôle dans l'évolution de la situation en Libye à la Une des journaux

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 23 mai (Infosplusgabon) - Les journaux libyens parus cette semaine se sont intéressés aux changements militaires survenus ces derniers jours sur le terrain avec un net avantage des forces du Gouvernement d'union nationale face aux troupes de Haftar qui ont accumulé des revers, s'interrogeant en particulier sur les impacts de la prise de contrôle par l'armée loyale au gouvernement de la base aérienne stratégique d'Al-Wattiya sur le cours de la guerre de Tripoli.

 

La presse libyenne s'est fait également l'écho d'un rapport de l'UNICEF et de l'OMS portant sur les risques encourus par un quart de million d'enfants libyens menacés par les maladies en raison du manque de vaccins découlant de l'insécurité et du chaos qui règnent dans le pays.

 

 

 

Sous le titre "Des développements sur le terrain et hausse des confrontations militaires au sud de Tripoli à la veille de l'Aïd", le journal Al-Wassat a indiqué, citant des sources concordantes sur le terrain, que la plupart des axes de combat au sud de la capitale, Tripoli, ont été le théâtre, depuis les violents affrontements entre les forces du gouvernement d'union nationale et les forces du commandement général de Haftar, dans lesquelles des armes lourdes et moyennes ont été utilisées, quelques heures avant l'Aïd el Fitr.

 

 

 

Il est prévu, selon le cours des affrontements, que la confrontation s'intensifiera dans les prochaines heures, aux alentours de l'aéroport et des régions de Gasr ben Ghachir, a ajouté le journal, qui précise qu'aucune information n'a encore été divulguée par les deux parties sur l'ampleur des pertes.

 

 

 

Le journal a ajouté que moins de 24 heures après que le gouvernement d'union a annoncé que ses forces ont réussi à prendre le contrôle de la base aérienne d'Al-Wattia (140 km au sud-ouest de Tripoli), connue comme la principale base d'approvisionnement des forces du commandement général dans l'Ouest du pays, l'opération militaire "Volcan de la colère" a annoncé l'entrée des forces gouvernementales dans les villes de Badr et Tiji, et le début de la mobilisation devant la localité de Tarhouna (130 km sud de Tripoli) pour en prendre le contrôle.

 

 

 

Cette évolution survient moins de 24 heures après l'annonce que les forces gouvernementales étaient entrées dans la ville d'Al-Assaba, adjacente à la ville de Ghariane (80 km sud-ouest de Tripoli), et la prise de contrôle de la région de Jendouba, a précisé le journal Al-Wassat.

 

 

 

Le journal a rapporté également la réaction de la Mission d’Appui des Nations Unies en Libye qui s’est déclarée "profondément préoccupée par les développements sur le terrain et la mobilisation militaire autour de la ville de Tarhouna".

 

 

 

La mission a, selon Al-Wassat, rappelé "à toutes les parties leurs devoirs, conformément au droit international des droits de l'homme et au droit international humanitaire, mettant en garde contre la possibilité de représailles contre des civils".

 

 

 

Citant la mission onusienne qui a mis en garde contre "le recours à des représailles arbitraires en dehors du champ d'application de la loi ou la perpétration de vols, incendies ou dommages intentionnels à des biens publics et privés", le journal a ajouté qu'elle a appelé à mettre fin à l'escalade militaire et à privilégier les options pacifiques.

 

 

 

Le journal a indiqué que le porte-parole des forces du commandement général, le général de division, Ahmed Al-Mesmari, a annoncé que quatre avions de guerre étaient prêts après leur maintenance par les équipes techniques et les a remis en service après un long arrêt.

 

 

 

Le journal Afrigatenews a porté son attention sur la situation humanitaire via le rapport dans lequel l'UNICEF et l'OMS ont tiré la sonnette d'alarme concernant "la grave pénurie" de vaccins en Libye qui met en péril plus de 250.000 enfants.

 

 

 

"La situation est encore aggravée par la poursuite du conflit armé, l'émergence de la pandémie du coronavirus, la perturbation des services de santé, les coupures de courant, le manque d'approvisionnement en eau potable et la fermeture des écoles et des espaces adéquats pour les enfants", a ajouté le rapport des deux agences onusiennes citées par le journal.

 

 

 

Le document de l'UNICEF et de l'OMS souligne, selon Afrigatenews, qu'"au cours des deux derniers mois, les services de vaccination de routine ont été inaccessibles en raison du confinement découlant des mesures de prévention de la pandémie du coronavirus émergent qui a accru le risque de réapparition des épidémies de rougeole et de polio".

 

 

 

Elles ont souligné, indique le journal, que "les enfants des zones difficiles d'accès et touchées par le conflit sont particulièrement exposés, car ils ont peut-être déjà oublié certaines doses de vaccination".

 

 

 

Afrigatenews a indiqué que les agences onusiennes ont déploré que les commandes de base pour la livraison des vaccins ont également été retardées en raison des longues procédures d'approbation du gouvernement, ajoutant que le Programme de Vaccination Elargi en Libye (PEV) a été interrompu en raison de l'épuisement des stocks de vaccins en 2019.

 

Revenant aux développements militaires, le journal Al-Wassat a affirmé que de nouveaux scénarios de la crise libyenne se sont tissés dans les récents développements sur le terrain de la guerre dans la capitale, en particulier avec l'annonce par le gouvernement d'union nationale que ses forces ont pris le contrôle de la base aérienne d'Al-Wattia.

 

 

 

Il a précisé que ce développement pourrait ouvrir pour les forces gouvernementales le chemin vers des avancées plus stratégiques, tandis que les forces du commandement général sont susceptibles de recevoir de nouveaux renforts, sans occulter l'affrontement entre les Russes et les Turcs qui se profile derrière la récente escalade en Libye.

 

 

 

Pour le journal, le scénario le moins coûteux est l'annonce d'un accord de cessez-le-feu, par lequel une nouvelle phase commence sur la voie du processus politique, en particulier après la déclaration du commandement général dans laquelle il a annoncé des retraits tactiques, et son intention de repositionner ses forces dans un certain nombre d'axes au sud de la capitale.

 

 

 

Cette situation est également associée à des signes de mouvements et estimations internationales qui ont précédé cet important développement militaire, dont les plus importantes sont les déclarations de l'ambassadeur américain en Libye, Richard Norland, concernant le maréchal Khalifa Haftar, a souligné le journal.

 

 

 

Les observateurs des affaires libyennes sont, selon Al-Wassat, s'interrogent sur l'évolution des prochains jours, pour savoir si les forces du gouvernement, portées par le moral de la prise de contrôle d'Al-Wattia vont poursuivre leur progression, ajoutant que cette fois, les yeux seront rivés sur "Tarhouna. "Quelle sera la réponse de l'autre partie ? Dans quelle mesure "l'humeur internationale" supportera cette escalade de la guerre en Libye ? Verrons-nous dans les prochains jours l'affrontement caché entre la Russie et la Turquie comme en Syrie ? Aura-t-il des répercussions en Libye ?

 

 

FIN/ INFOSPLUSGABON/OKL/GABON2020

 

© Copyright  Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 4468 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES