Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La police saisit une importante quantité d'armes destinées au Mali

PDF

Conakry, Guinée, 26 mars (Infosplusgabon) - Sept personnes, dont trois militaires guinéens et un ressortissant malien, ont été interpellées et placées sous mandat de dépôt pour trafic d’armes de guerre, dérobées au Bataillon autonome des troupes aéroportées (BATA), a-t-on appris, jeudi, de source policière.

 

La même source précise que les présumés trafiquants d’armes de guerre ont été arrêtés grâce à une série d’opérations menées par les services de la police et de la gendarmerie.

 

Les principaux mis en cause, notamment l’adjudant Mamadou Saïdou Diallo allias Dos, en service au BATA, et le Malien, Samba Ndaw, souligne-t-on, sont les deux présumés cerveaux de ce réseau.

 

M. Ndaw a été cueilli à son domicile, en banlieue de Conakry, où, précise-t-on, plusieurs types d’armes ont été saisis, notamment des fusils d’assaut de type PMAK, 13 fusils PKMFM, des roquettes antichar, appelées roquettes RPG, 11 grenades, un lance-roquette, 7 carabines, 6 caissettes de munitions, des canons, des PMK.

 

Les mêmes sources précisent que les deux présumés trafiquants ont reconnu les faits. L’adjudant est celui qui ravitaille son client, Ndaw, qui commercialise son butin dans son pays d’origine, en proie, depuis 2012, à des attaques djihadistes dans le Centre et le Nord du Mali où, selon les Nations Unies, ces dernières années, plus de 1.200 personnes ont été tuées dans ces deux régions.

 

 

 

Des éléments du BATA ont tenté récemment une mutinerie qui a été tuée dans l’œuf par des loyalistes, et au cours de laquelle un officier a été tué par une balle perdue.

 

 

 

Plusieurs d'entre eux, dit-on, de bonne source, ont été arrêtés.

 

 

 

La police et la gendarmerie, indique-t-on de bonne source, bénéficient du soutien total des pouvoirs publics en vue de débusquer toutes les personnes impliquées dans ce commerce illicite qui, ajoute-t-on, a commencé depuis plusieurs années.

 

 

 

On rappelle que lors des interpellations des bandits, ceux-ci sont constamment munis d’armes de guerre et souvent habillés dans les treillis des militaires.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/IOK/GABON2020

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 3708 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES