Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

HRW affirme que le Soudan a confirmé sa volonté de coopérer avec le tribunal de La Haye

Imprimer PDF

Khartoum, Soudan, 13  février (Infosplusgabon) - Le Soudan a réaffirmé mercredi sa volonté de coopérer pleinement avec Human Rights Watch (HRW) dont la délégation est actuellement à Khartoum et avec la Cour pénale internationale (CPI) qui, jusqu'à récemment, était un tabou à mentionner en privé et encore moins dans les médias officiels.

 

 

 

Le président du Conseil Souverain du Soudan, le général de corps d’armée Abdul Fatah al Burhan, a déclaré au patron de Human Rights Watch en visite au Soudan, Kenneth Roth, qu'il coopérerait pleinement avec HRW et avec la CPI. Il a également donné son accord.

 

M. Roth a souligné, dans un communiqué, qu'il était "encouragé" par l'engagement total et inconditionnel pris par le leader soudanais al Burhan.

 

Il a ensuite tweeté que lors d'une réunion tenu mercredi avec le président du Conseil Souverain du Soudan, le général Burhan, ce dernier "a affirmé son intention de coopérer pleinement avec la Cour Pénale Internationale. Cela ouvre la porte à la poursuite de l'ex-président Bashir et de quatre autres suspects pour les atrocités commises au Darfour".

 

HRW a, entre-temps, publié une déclaration de son bureau en Europe, affirmant que les dirigeants du Soudan ont affirmé leur volonté de coopérer avec la CPI, ce qui pourrait signifier que l'ancien président Omar al-Bashir sera enfin confronté à la justice pour de graves crimes internationaux au Darfour.

 

Il a déclaré que le transfert des cinq Soudanais sous mandat d'arrêt de la CPI à la Cour serait un pas important vers la reddition des comptes après des années d'obstruction et traduirait l'engagement du nouveau gouvernement de transition à rendre justice à toutes les victimes d'abus au Soudan.

 

"Les victimes et leurs familles attendent depuis plus de 15 ans que justice soit rendue pour les atrocités commises au Darfour", a déclaré M. Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch. "Maintenant, ils peuvent enfin voir l'ancien président al-Bashir et les autres suspects de la CPI devant la cour".

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AGP/2020

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2811 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES