Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les besoins dans le nord-est du Nigeria demeurent criants après une décennie de conflit, selon une organisation caritative médicale

Imprimer PDF

Abuja, Nigeria,13 août  (Infosplusgabon) - Dix ans après le début de l'insurrection dans le nord-est du Nigeria, opposant des groupes armés à l'armée nigériane, le conflit est loin d'être terminé et les civils sont bloqués au centre du mouvement, a indiqué une organisation caritative médicale, Médecins Sans Frontières (MSF).

 

Dans son rapport publié lundi, l’Organisation a souligné que la violence continue de contraindre des personnes à quitter leur domicile et que de nombreuses familles déplacées vivent maintenant dans des camps gérés par les autorités où sont installées de manière informelle aux côtés des communautés locales.

 

MSF a indiqué que la majorité des personnes déplacées sont des femmes et des enfants, qui dépendent fortement de l'aide humanitaire pour survivre. On estime que 1,8 million de personnes ont été déplacées dans les Etats du nord-est, à savoir Borno, Adamawa et Yobe.

 

Selon MSF, depuis 2009, l’insécurité croissante et les déplacements forcés à Borno continuent de perturber la vie des gens.

 

L'organisation caritative médicale a noté qu'elle avait commencé à réagir à la crise en 2014, mais que la réponse humanitaire au sens large était lente à démarrer. Elle a déclaré qu’en 2016 elle avait tiré la sonnette d'alarme à Bama, dans l'Etat de Borno, car ses équipes avaient constaté des niveaux élevés de malnutrition.

 

"Bien que le montant de l'aide humanitaire ait augmenté ces dernières années, les lacunes dans la fourniture de l'aide aux communautés déplacées ne sont pas suffisamment comblées. De nombreuses zones de Borno demeurent très instables aujourd'hui, ce qui rend difficile la fourniture de l'aide", a indiqué MSF.

 

Les travailleurs humanitaires ne peuvent travailler que dans des «villes de garnison» (enclaves contrôlées par l’armée nigériane) et ne peuvent accéder à d’autres zones qui se trouvent en dehors du contrôle de l’armée.

 

"Pourtant, même dans ces villes de garnison, les besoins des personnes ne sont pas satisfaits. Certaines personnes ont été contraintes de quitter la sécurité relative des camps, risquant ainsi leurs vies pour chercher de la nourriture et du bois de chauffage en dehors du périmètre de sécurité".

 

Selon MSF, dans les camps officiels, les restrictions à la liberté de mouvement sapent les possibilités d'autonomie et empêchent les gens de faire pousser des cultures, ce qui les rend fortement dépendants de l'aide humanitaire pour leur survie. "Cela aggrave les traumatismes physiques et psychologiques à long terme causés par une décennie de violence".

 

Selon MSF, dans les camps informels, les gens s'entassent sur de petites parcelles de terrain et disposent de peu d'infrastructures ou de soutien humanitaire pour répondre à leurs besoins essentiels. "De nombreuses familles dorment dans de minuscules huttes faites de feuilles de plastique ou de vêtements et de tissus déchirés, incapables de supporter même de brèves pluies".

 

«Depuis notre arrivée dans ce camp il y a huit mois, nous n’avons pas de latrines à notre disposition. Nous devons tous déféquer à l'air libre, généralement dans la brousse à proximité », a déclaré Lami Mustapha, 40 ans. Elle vit dans un camp informel à Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, avec ses huit enfants.

 

Rabi Musa, une mère de 10 enfants et âgée de 50 ans, a également déclaré à MSF que la vie dans le camp informel n'était pas facile. «Nous devons tous mendier, y compris mes enfants, et occuper des emplois subalternes pour survivre. Aucune aide ne nous parvient ».

 

« Dans le nord-est du Nigeria, les populations sont toujours exposées à de nombreuses violences et à des expériences traumatisantes à cause du conflit qui est loin d'être terminé », a déclaré Luis Eguiluz, chef de mission de MSF pour le Nigeria.

 

«Leurs souffrances et leur vulnérabilité sont étendues dans les camps de personnes déplacées, où les besoins humanitaires immédiats ne sont pas suffisamment pris en compte».

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/BIC/GABON2019

 

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2061 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES