Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La frappe aérienne sur Morzouk et les préparatifs de l'Aïd al-Adha en Une des journaux libyens

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 11 août (Infosplusgabon) - Les journaux libyens paraissant cette semaine se sont focalisés sur la frappe aérienne meurtrière contre la ville de Morzouk dans le sud du pays, exprimant les craintes qu'elle ne réveille les démons des affrontements intertribaux très fréquents dans cette région en particulier avec la disparition des mécanismes sociaux de régulation des rapports et de réconciliation entre les tribus.

 

 

La presse libyenne s'est également intéressée aux préparatifs pour la célébration de la fête de l'Aïd al-Adha, fête du sacrifice du mouton chez les musulmans, abordant la quantité disponible et les prix des bêtes recommandés en premier par la religion.

 

Le journal al-Wassat a indiqué, dans un article intitulé "le bombardement de Morzouk ravive les conflits sociaux au Sud", que les bombardements qui ont tué plus de 40 personnes dans la ville de Morzouk ont rouvert le dossier de la situation complexe dans la ville et le conflit "social" entre les parties que les Nations unies ont qualifié de "communautés locales", un conflit résultant de l'accumulation de sensibilités ethniques entre les composantes arabe et toubou, qui éclate de temps en temps lorsque les conditions sont réunies.

 

"Morzouk a été touché dimanche soir par des frappes aériennes qui ont coûté la vie à 42 personnes et blessé plus de 60 civils, selon le membre du conseil municipal Ibrahim Omar qui précise que le quartier résidentiel (al-Kalaa) a été soumis à un bombardement aérien faisant des morts et les blessés, tandis que le commandement de l'Armée nationale libyenne et le Gouvernement d'union nationale se rejettent les accusations concernant la responsabilité de l'incident.

 

Al-Wassat, hebdomadaire libyen paraissant au Caire en Egypte, indique que les récits des deux côtés des composantes sociales de la ville diffèrent les uns des autres, et se blâment mutuellement pour le "massacre" qui a été largement condamné par la Communauté internationale.

 

Citant un membre du conseil municipal affilié à la composante arabe qui a affirmé sous anonymat pour des raisons de sécurité, le journal a indiqué qu'il s’agit d’une alliance entre ce qu’il a appelé les "mercenaires des Toubous et l’opposition tchadienne".

 

La Mission d'Appui des Nations unies en Libye a fait part de son inquiétude face à "la poursuite des violences entre les communautés de Morzouk, qui ont fait de nombreux morts et blessés au cours des derniers jours, a rapporté le journal, soulignant que "les attaques aveugles constituent une violation flagrante du droit international humanitaire et du droit international et des droits de l'homme et constituent un crime de guerre.

 

Le journal a conclu que les bombardements de Morzouk et ses répercussions ne seront pas les premiers ni les derniers, compte tenu des conditions du conflit qui y règnent entre certaines composantes sociales et en l'absence d'autorité de l'État et de ses institutions militaires et de sécurité, et en l'absence de sources indépendantes, de manière objective et impartiale, pour diagnostiquer les causes historiques et spatiales de la sensibilité ethnique dans la région et les conflits qui en résultent.

 

Le journral Afrigatenews s'est, de son côté, intéressé à la fête de l'Aïd al-Adha, affirmant que les prix du mouton de sacrifices cette année ont connu une hausse sans précédent, privant de nombreux chefs de famille d'acquérir le mouton, en raison du coût élevé.

 

Les prix du bétail cette année ont considérablement augmenté par rapport aux années précédentes, selon le journal qui précise que les prix du marché du bétail dans la ville se situent entre 600 et 1.800 dinars pour le sacrifice.

 

Le journal électronique libyen en langue arabe a affirmé que de nombreuses familles libyennes se plaignent des prix élevés des bêtes de sacrifice, qui dépassent de loin leurs revenus mensuels et leur pouvoir d'achat, en raison notamment du manque de liquidités.

 

Pour lutter contre la cherté du prix des moutons, le journal a indiqué que les autorités ont décidé d'importer des animaux de sacrifice qui ont atteint, au cours des derniers jours, environ 350.000 têtes de moutons entrés dans tous les ports.

 

Selon Afrigatenews, ces bêtes sont toutes saines et ne souffrent d'aucune maladie, citant le directeur général du Centre national de la santé animale, Zakaria al-Khatal.

 

M. al-Khatal a expliqué, dans une publication du Centre national de contrôle des maladies, que 90% de ces moutons de sacrifices viennent d'Espagne, précisant qu'il s'est avéré qu'ils sont totalement exempts de maladies courantes affectant le bétail.

 

Abordant le problème de la désertification et son corollaire de la rareté de l'eau, le journal al-Wassat a indiqué qu'un nouveau rapport international a inscrit Tripoli comme la région la plus sujette à la sécheresse en Libye, suivie par Beidha, Benghazi et Tobrouk (est), en termes de pénurie d'eau.

 

Citant un rapport publié par "l'Atlas des ressources en eau" du World Resources Institute, la Libye est classée au 6ème rang parmi 17 pays, abritant plus du quart de la population mondiale et souffrant de stress "très élevé" en eau.

 

Les 17 premiers pays confrontés à un risque imminent d'épuisement de l'eau sont le Qatar, la Palestine, le Liban, l'Iran, la Jordanie, la Libye, le Koweït, l'Arabie saoudite, l'Érythrée, les Émirats arabes unis, Saint-Marin, Bahreïn, l'Inde, le Pakistan, le Turkménistan et Oman, a indiqué le journal qui précise que le rapport classe Tripoli et ses environs comme zones les plus vulnérables au stress hydrique avec un taux de plus de 80%, suivis par un taux moindre "entre 40 et 80%", les villes de l'est de la Libye, de Ghariane et de Houn.

 

"Le stress hydrique est la plus grande crise dont personne ne parle, avec des conséquences publiques sous la forme d'insécurité alimentaire, de conflits et de migrations, ainsi que d'instabilité financière", a rapporté le journal citant Andrew Steer, directeur général de l'institut.

 

 

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/AAP/GABON2019

 

 

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 3247 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Faites-nous parvenir vos petites annonces à publier en ligne par mail du lundi au samedi, de 8 heures à 18 heures à l’adresse contact@infosplusgabon.com ou par SMS. Les annonces toutes rubriques confondues sans photos de 60 signes Coûtent 2500 F CFA. Annonces avec une photo à 3500 F CFA. Les règlements se font via airtel money au 07843371.

DEPÊCHES