Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Kenya : Deux ministres interrogés par la police au sujet du scandale des barrages

Imprimer PDF

Nairobi, Kenya, 14 mars  (Infosplusgabon) - Eugene Wamalwa, ministre de la Décentralisation et son homologue de l'Agriculture, Mwangi Kiunjuri, ont comparu jeudi devant la Direction des investigations criminelles (DIC), alors que la police intensifie les enquêtes sur le scandale des barrages ayant coûté plusieurs millions de dollars.

 

Les deux personnalités ont été convoquées à la DIC à Nairobi, tandis qu'un troisième ministre, Simon Chelugui, ministre de l’Hydraulique, attend son tour pour répondre aux questions.

Dans le cadre de la lutte acharnée contre la corruption, la DIC veut établir pourquoi et comment le gouvernement a dépensé 210 millions de dollars US pour la construction des barrages Aror et Kamwarer dans le comté d’Elgeyo Marakwet, mais que, à cejour, rien n’est encore sorti de terre. Même les sites des barrages proposés n'ont pas été débroussaillés.

Les enquêteurs du Bureau des crimes graves veulent établir pourquoi et comment ceux qui ont été payés ont reçu de l’argent.

Le directeur de la DIC, George Kinoti, enquête sur les allégations selon lesquelles certains entrepreneurs auraient donné des pots-de-vin à des représentants du gouvernement afin de remporter les offres pour la construction des barrages.

Avant d'hériter du portefeuille de la Décentralisation, Wamalwa était ministre de l’Hydraulique et de l'Irrigation.

La convocation des deux secrétaires au cabinet intervient une semaine après que la DIC eut interrogé, pendant quatre jours, le secrétaire du Cabinet au Trésor, Henry Rotich, sur le même sujet.

Rotich a insisté sur le fait qu’aucune somme n’était perdue, l’argent versé l’ayant été à titre de paiement anticipé garanti.

La DIC a également interrogé un responsable d’agence de développement régional sur le même sujet.

Elle a convoqué David Kimosop, directeur général de la Kerio Valley Development Authority (KVDA), pendant quatre jours.

Il est également apparu que la société italienne qui avait remporté l'appel d'offres pour la construction de trois barrages au Kenya, CMC di Rivenna, est en faillite et ne peut plus exécuter ce marché.

L'enquête en cours sur le scandale a pris une tournure intéressante lorsque le vice-président et Rotich ont mentionné des chiffres différents.

La DIC enquête sur la perte de 210 millions de dollars. Rotich a indiqué un chiffre de 198 millions de dollars. Le vice-président, le Dr William Ruto, insiste sur le fait que le montant en question n’est que de 78 millions de dollars.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/MIR/GABON2019

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1803 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES