Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

La Libye à la recherche d'une issue pour sortir de la nouvelle impasse du processus politique

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 5  février  (Infosplusgabon) - Après avoir balisé la route pour une issue à la crise politique et sécuritaire qui secoue la Libye depuis des années, à travers un Plan d'action, le chef de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (UNSMIL), Ghassan Salamé, s'est retrouvé encore une fois devant une nouvelle impasse découlant des divergences entre protagonistes libyens, nécessitant la recherche d'une nouvelle solution négociée pour solder la crise libyenne.

 

Le Plan d'action de M. Salamé présenté début septembre 2018 devant le Conseil de sécurité et soutenu massivement par la communauté internationale lors de la Conférence de Palerme sur la Libye, est constitué au départ en deux points essentiels, à savoir la tenue dune Conférence nationale inclusive prévue pour les premières semaines de janvier dernier et des élections générales au printemps 2019.

 

Les difficultés rencontrées lors des préparatifs pour la mise en œuvre du Plan ont contraint l'Emissaire des Nation unies à ajuster sont Plan d'action, pour placer après la Conférence inclusive, l'organisation d'élections législatives d'abord suivies ensuite par un référendum sur la Constitution et des élections présidentielles avant la fin de 2019.

 

Devant la persistance des divergences entre les principaux acteurs de la crise libyennes ayant conduit à différer la tenue de la Conférence nationale inclusive, Ghassan Salamé s'est vu dans l'obligation de relancer de nouvelles consultations avec les protagonistes de la crise pour trouver une issue sauvant le Plan d'action.

 

C'est dans ce cadre qu'il a annoncé dans des déclarations aux médias de nouvelles négociations avec les acteurs libyens notamment le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, le chef de l'armée nationale libyenne basée dans l'Est du pays, le maréchal Khalifa Hafter et le président de la Chambre des représentants (Parlement), Aguila Saleh.

 

Il a promis d'œuvrer à rapprocher davantage leurs points de vue, leur permettant de s'accorder sur l'essentiel, à savoir, aller sans conditions préalables à la Conférence nationale inclusive qui sera chargée de trouver le consensus entre les Libyens sur le calendrier des agendas électoraux.

 

A noter que la Conférence nationale inclusive a été précédée par des réunions dans les différentes régions de Libye avec la participation des divers segments de la société libyenne débattant de toutes les questions relatives à l'avenir du pays, à savoir la nature du pouvoir, la réconciliation, la sécurité et autres sujets relatifs au destin de la Libye et du futur Etat.

 

Mais la question qui se pose, selon les analystes, consiste à savoir, quelles sont les cartes dont dispose le chef de l'UNSMIL qui parraine le processus politique pour amener les protagonistes libyens à revenir à la table des négociations et à s'inscrire de la mise en œuvre de son Plan d'action alors qu'on a déjà buté sur le premier point portant sur la tenue de la Conférence inclusive.

 

Les mêmes analystes estiment que l'Emissaire onusien ne dispose pas des coudées franches pour effectuer de grandes manœuvres car la problématique n'a pas changé et ce sont les mêmes obstacles qui persistent.

 

En effet, les positions des protagonistes sont connues et si tous proclament haut et fort leur adhésion au plan d'action de l'ONU, ils divergent sur son interprétation et la manière de sa mise en œuvre.

 

Le camp de l'Ouest qui comprend, la ville Misrata, un acteur de poids sur la scène politique en Libye et le courant des islamistes privilégie l'organisation des élections. Une option qui est partagée aussi par le Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale qui avait en 2017 proposé, devant l'impasse politique et le refus du Parlement d'adopter l'Accord politique libyen, des élections pour donner l'opportunité aux Libyens de choisir leurs dirigeants et donner aux organes qui seront élus une légitimité.

 

L'autre camp incarné par l'Est, comprenant le Parlement et les autonomistes de Berga (Cyrénaïque) a une prédilection pour le référendum et la restructuration du Conseil présidentiel, avant de passer aux élections.

 

Concernant la Conférence générale inclusive si le camp de l'Ouest le soutien et exprimé sa disponibilité à y participer à travers la formation par le Conseil présidentiel d'un Comité préparatoire pour l'organisation de cette rencontre, l'Est représenté par le président du Parlement, Aguila Saleh a émis des réserves sur la Conférence inclusive la qualifiant de "coup d'état contre les institutions légitimes".

 

Abdessalam al-Majabri, un analyste politique libyen, explique ces divergences par "les influences auxquelles sont soumis les protagonistes eu égard aux ingérences des pays étrangers qui défendent leurs propres intérêts".

 

Pour Hamza Mrabet, professeur universitaire c'est "l'échec de la mise en œuvre de l'Accord politique qui visait à trouver une solution par le partage du pouvoir entre les dirigeants de la scène politique et en raison de sa formulation en l'absence d'un réel représentant du peuple qui explique la persistance de ces divergences".

 

Il a estimé que "par conséquent que personne ne peut nier que l'Accord politique a été dépassé par le temps et même les événements, malgré l'insistance des pays étrangers et des bénéficiaires de sa continuation. La solution réside donc dans le dépassement de l'Accord politique, d'une manière acceptable en vertu d'une décision résultant d'une légitimité raisonnable".

 

Pour lui, "les Libyens n'ont d'autre choix que de recourir à la Conférence nationale et d'insister pour que tout le peuple y soit représenté afin que ses résolutions soient adoptées et qu'elles soient acceptées".

Il a proposé que "les municipalités soient représentées au moins aux deux tiers des membres de la Conférence nationale afin de garantir la légitimité de ses décisions".

 

Il est rejoint par Mohamed Ajila, activiste de la société civile, qui affirme que "si on parvient à assurer la représentation de tout le peuple libyen à la Conférence, celle-ci sera en mesure de proposer un pouvoir exécutif provisoire pour préparer le cadre législatif et de sécurité nécessaire à la tenue d'élections législatives et présidentielles dans les meilleurs délais, mettant ainsi fin au différend sur la légitimité et les doubles institutions. La communauté internationale devra respecter le désir des Libyens et cesser de s'ingérer dans leurs affaires".

 

"La Conférence inclusive pourra prendre des décisions comme le gel de l'organisation du référendum sur le projet de constitution pendant plusieurs années jusqu’à stabilisation de la situation et les droits des citoyens recouvrent sa plénitude au lieu des droits des régions, des tribus et des composantes sociales", a-t-il suggéré.

 

Ainsi, la Conférence nationale inclusive paraît faire l'unanimité comme étant la clef vers la solution de la crise en Libye en permettant aux Libyens de s'entendre sur les priorités et de fixer d'une manière collective le calendrier des échéances électorales.

L'émissaire de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, s'attellera dans les prochains jours sur le rapprochement des positions des protagonistes afin de tenir la Conférence inclusive dans les plus brefs délais et sortir le pays de cette crise qui n'a que trop perdurer.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/OOL/GABON2019

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2594 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Vous êtes à la  recherche  d’un  logement dans un  cadre convivial, pratique  et  sécurisé à Libreville ? . Particulier propose à partir du 1er juin 2019 un  T4 composé de  3  chambres toutes  climatisées, salon et cuisine équipés pour  courte,  moyenne et longue durée au quartier Charbonnages, à quelques  centaines de  mètres de l’Ecole conventionnée. Enceinte sécurisée, Vidéosurveillance. Tout l’appartement à 45 000  F  CFA (69 euros) par jour. Location de Chambre  individuelle 25 000  F  CFA/jour.  Ménage  effectué tous  les deux  jours. Compteur individuel d’électricité Edan à  recharger par le ou les occupants. Contact  : +241 06066291/ +24107843371 Mail:  berp8483@hotmail.com

DEPÊCHES