Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

FRANCE : Sur la Visite officielle de Jacques Villard, Chef de l’Etat Pied-Noir

PDF

Par Jacques Knecht*

LIBREVILLE,  8  novembre (Infosplusgabon) - Le journal d’informations locales, le Petit Journal, dans les Pyrénées Orientales, a consacré le 9  octobre dernier, sous la plume de  Jacques Knecht, quelques lignes  relatives à l’avènement de l’Etat  Pied-Noir,  qui,  depuis sa création en 2016,  ne  cesse de  réunir, de cristalliser  chaque  jour  de  nombreux adhérents et sympathisants pour la plupart des personnalités  déterminées à  jouer  un rôle ou à soutenir les actions menées par le  Président  Jacques  Villard, Chef de l’Etat Pied-Noir, afin que survive la Fédération des deux  Rives. Nous vous livrons en extension le contenu de cet article.

 

 

Au moment même où l’État Pied-Noir s’impose sur la scène internationale mais aussi sur le plan national français, puisque notre État est pacifique, neutre, tourné vers l’avenir  et le  développement  durable,  sans  autre  ambition  que   de   faire   rendre

« Justice   et   Vérité »   à   un   peuple   martyrisé,   devant   les   plus   hautes   autorités internationales.

La Nation et le Peuple Pied-Noir, les Pieds-Noirs eux-mêmes ont fait l’objet d’un génocide dont l’histoire du monde doit être imprégnée.

Ces hommes, ces femmes, ces enfants, ces vieillards, qui ont été abattus par milliers dans des conditions atroces, ne peuvent être effacés brusquement d’un passé que les coupables s’obstinent à ne pas reconnaître. Tous les massacres qui ont émaillé, de 1954 à 1962, l’histoire de ce peuple martyre, au Maroc, en Algérie et en Tunisie, doivent faire l’objet d’une repentance de la part des coupables qui seront désignés par les instances internationales. Nous ne sommes pas des Juges. Ni la France, ni l’Algérie, ni le Maroc, ni la Tunisie, ni les peuples de ces pays ne sont coupables de ces atrocités commises à cette époque. Les coupables sont à rechercher au niveau des présidents et des premiers ministres   de   la   période   concernée,   en   France   de   1954   à   1973   ainsi   que

principalement   en   Algérie   au   titre   du   FLN,   de   l’ALN   et   de   la   1ère   République algérienne au cours de la même période.

Jamais l’Etat Pied-Noir n’a pris contact avec les responsables politiques concernés et encore en vie au sein des deux pays. Jamais l’État Pied-Noir ne s’installera en Algérie ou en France. Si la France reste la patrie de cœur des Pieds-Noirs qui se lèveront toujours pour la

défendre, force est de constater que les gouvernements français de l’époque ont fait tirer sur eux et les ont abandonnés aux couteaux assassins.

  • journaliste, auteur, photographe et historien

 

FIN/INFOSPLUSGABON/POL/GABON2018

 

© Copyright Le Petit Journal

 

 

Qui est en ligne!

Nous avons 2058 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES