Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Ligue africaine des champions: la fédération tunisienne appelle la CAF à sanctionner l'arbitre algérien de la finale aller et l'attaquant d'Al Ahly, Azzaro

Imprimer PDF

Tunis, Tunisien,  4  novembre (Infosplusgabon) - Réunie "d'urgence" samedi soir, la Fédération tunisienne de football (FTF) a appelé la Confédération africaine de football (CAF) a prendre des sanctions contre l'arbitre international algérien, Mehdi Abid Charef, en raison de ses "décisions douteuses qui ont faussé le résultat" du match aller de la finale de la Ligue des champions d'Afrique disputé vendredi dernier à Alexandrie, a annoncé le porte-parole de la FTF, Hamed Maghrebi.

 

 

La rencontre s'est soldée par la victoire d'Al Ahly du Caire sur l'Espérance de Tunis par trois buts à un. Elle a été marquée par le recours, pour la première fois dans une compétition africaine de haut niveau, à l'arbitrage vidéo (VAR).

 

L'instance fédérale tunisienne a également réclamé une sanction contre l'attaquant marocain Walid Azzaro d'Al Ahly pour son comportement "anti-sportif". En plus d'une agression sur le défenseur, Chamseddine Dhaouadi, une vidéo ayant circulé sur la toile montre ce dernier en train de déchirer lui-même son maillot pour induire en erreur l'arbitre qui a sifflé un deuxième penalty "injuste" contre les Tunisiens.

 

La FTF a dénoncé par ailleurs les "exactions de la police" égyptienne qu'elle accuse d'avoir bloqué intentionnellement pendant 25 minutes, le bus de l’Espérance de Tunisie à l'entrée du stade de Borj El Arab pour fouiller le véhicule et les sacs des joueurs, "ce qui a déstabilisé l'équipe et retardé leur échauffement avant le coup d’envoi du match". Elle a indiqué qu'elle avisera le ministère tunisien des Affaires étrangères sur "ces pratiques inédites contraires à l'éthique sportive, jamais vues dans un stade de par le monde".

 

D'aucuns n'ont pas, en outre, manqué d'exprimer leur "étonnement" face aux mesures disciplinaires prises contre l'Espérance de Tunis par la Confédération africaine de football (CAF) à la veille du match, à la suite des incidents qui ont émaillé la demi-finale retour ayant opposé l'équipe tunisienne à la formation angolaise de Primeiro de Agosto à Radès, au cours de laquelle des affrontements ont eu lieu entre supporters espérantistes et forces de l'ordre.

 

La CAF a infligé une amende de 300.000 dollars américains à l'Espérance et exigé de vider le virage espérantiste de supporters.

 

Plus que les sanctions en elles-mêmes considérées "disproportionnées", c'est le timing de leur annonce qui a surpris et a été jugé comme un facteur supplémentaire de "déstabilisation" de l'équipe tunisienne.

 

L'Espérance a, du reste, interjeté appel de ces décisions.

 

L'arbitrage de l'Algérien Charef a suscité un grand tollé sur les réseaux sociaux que les supporters de l'Espérance ont qualifié de "scandaleux" et auprès de nombreux commentateurs des chaînes de télévision, en particulier Bein sport.

 

Analysant le match après le coup de sifflet final, l'expert de l'arbitrage de la chaîne qatarie, Jamal Al Sharif, a jugé après plusieurs visionnages des séquences sujettes à caution, "inexistants et injustifiés les deux pénaltys" accordés aux locaux.

 

"Il n’y avait pas de faute sur l’action qui a amené le premier penalty d’Al-Ahly. Lors du second qu’il a accordé aux Ahlawy, Dhaouadi a commis une faute en dehors de la surface de réparation et Azzaro a frappé l’axial espérantiste. Il fallait siffler un coup franc et expulser l’attaquant marocain pour agression", a estimé l’ancien arbitre syrien.

 

Plus tranchant, le commentateur de Bein sport et seul ballon d'or africain, le Tunisien Tarek Dhiab, a dit que "l’arbitre de la rencontre a égorgé l’Espérance de Tunis".

 

Selon lui, "Il (l'arbitre) était plus fort que la VAR ! Qu’est-ce qu’il a fait avec le visionnage vidéo ? Il a tout simplement faussé le match en accordant deux penaltys imaginaires".

 

Pour le site algérien Africafootunited, "les erreurs professionnelles" du très expérimenté arbitre algérien ont coûté très cher à l'équipe tunisienne avant la match retour décisif de vendredi prochain".

 

"Abid Charef a non seulement déçu tous les Algériens, mais a surtout terni l'image de l'arbitrage algérien jadis cité en exemple pour son impartialité et sa droiture", se désole l'auteur de l'article.

 

Les médias tunisiens pointent du doigt l'arbitre de la finale aller qu'ils accusent de "mauvaise foi", voire "d'être corrompu". A part les pénaltys douteux sifflés en faveur d'Al Ahly, ils s'appuient sur les deuxièmes cartons jaunes infligés à deux piliers de l'Espérance que sont le milieu camerounais, Frank Com, et le défenseur central, Dhaouadi, qui les privent de disputer le mach retour à Radès le 9 novembre, qui s'annonce déjà particulièrement chaud en dépit des appels à la retenue lancés par les instances concernées.

 

Aux dernières nouvelles, le ministère tunisien de l'Intérieur a donné son accord pour autoriser 60.000 spectateurs à assister à cette rencontre.

 

Ce dimanche, c'est le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, qui est intervenu en recevant les dirigeants de l'Espérance de Tunis conduits par leur président Hamdi Meddeb, en présence du président de la FTF, Wadii Jeri, qui avait fait le déplacement au Caire pour assister à la rencontre. Aucune information n'a filtré sur la teneur de l'entrevue au cours de laquelle, le dirigeant politique tunisien aurait appelé au calme afin d'éviter tout débordement, selon des sources sportives.

 

FIN/INFOSPLUSGABON/POL/GABON2018

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2169 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Retrouvez  tous les  jours vos  informations en  français  en Anglais et en Portugais   sur  www.Infosplusgabon.com