Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les mesures de la lutte anti-tabac fonctionnent mais sont trop lentes dans les pays moins développés, selon l'OMS

Imprimer PDF

Genève, Suisse, 2 octobre (Infosplusgabon) -  L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi que "de grands progrès" avaient été accomplis dans la lutte contre le tabagisme et la sauvegarde des vies, mais il reste encore beaucoup à faire pour mettre au défi les tentatives de l’industrie pour "contourner" la réglementation internationale.

 

Lors d'une réunion internationale sur la lutte antitabac à Genève, l'OMS a signalé que près des deux tiers des 181 Etats parties à la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac avaient élaboré des stratégies pour "pour empêcher l'ingérence de l'industrie du tabac dans les politiques de contrôle du tabac".

 

A la suite du traité, les pays ont augmenté les taxes sur le tabac, établi des espaces sans tabac et obligé les fabricants à afficher des avertissements graphiques sur leurs produits et ainsi qu'à utiliser des emballages neutres, selon un communiqué de l’ONU.

 

En dépit de ces avancées, "ce n’est pas le moment de faire preuve de complaisance", a déclaré Dr Vera Luiza da Costa e Silva, chef du Secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS. "Avec des budgets astronomiques, l'industrie du tabac continue ses efforts acharnés pour compromettre la mise en œuvre de notre traité", a-t-il soutenu.

 

Selon le rapport de l'OMS 2018, 85% des Etats parties ont interdit la vente de produits du tabac aux mineurs et un nombre croissant de pays ont augmenté l'âge minimum pour acheter des produits du tabac.

 

Des avertissements sanitaires sur les paquets de tabac sont également requis dans près de 90% des Etats parties et au moins 14 pays "mettent en œuvre ou envisagent de mettre en œuvre" un emballage simple ou standardisé.

 

En outre, des services de diagnostic et de traitement de la dépendance à l'égard du tabac sont inclus dans les programmes nationaux de lutte antitabac dans plus des deux tiers des Parties; des progrès significatifs, contre seulement la moitié en 2016.

 

Toutefois, note le rapport, des améliorations sont encore possibles, notamment en ce qui concerne l’interdiction des rayons en libre-service pour les cigarettes et les distributeurs automatiques, tout en soulignant l’émergence de nouveaux produits du tabac.

 

Le communiqué indique également que le rapport de l’OMS - une publication fondée sur des soumissions nationales au Secrétariat de la Convention - indique également que l’application des mesures de lutte antitabac s’est constamment améliorée depuis l’entrée en vigueur de l’accord en 2005.

 

Toutefois, les données montrent que les progrès réalisés dans la mise en œuvre des différents articles restent inégaux, avec des taux aussi bas que 13% dans certains pays et 88% dans d’autres, ont montré les données.

 

Selon le communiqué, Michael Møller, le chef de l’ONU à Genève, a souligné le fait qu’il y a 1,1 milliard de fumeurs dans le monde, dont 80% vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

 

La charge que cela engendre est immense, en termes de coûts de santé causés par la maladie liée au tabac, a déclaré le directeur général des Nations unies à Genève, avant d'appeler à la nécessité de relier les mesures de lutte antitabac aux stratégies de développement durable.

 

"Le tabagisme est un problème de développement car il frappe les plus vulnérables et met à rude épreuve les systèmes de santé déjà surchargés, alimentant un cercle vicieux de pauvreté et d'inégalité", a déclaré M. Møller.

 

"Atteindre l’Agenda 2030 et réduire le fardeau des maladies non transmissibles exige une action rapide et généralisée à tous les niveaux", a-t-il recommandé.

 

Intervenant également lors de la huitième session de la Conférence des Parties à Genève, lundi, le directeur de l’Agence de santé des Nations unies, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué la convention antitabac comme "l’une des plus grandes réalisations de santé publique des 20 dernières années".

 

Plusieurs pays, dont le Kenya et l’Ouganda, ont adopté des lois complètes de lutte antitabac au cours des dernières années, a-t-il déclaré, tandis que le Gabon et la Gambie ont augmenté les taxes sur le tabac.

 

Par ailleurs, l’Inde, le Népal, le Sri Lanka et la Thaïlande ont mis en place de vastes avertissements sanitaires, a poursuivi le directeur général de l’OMS, avant de souligner que de nombreux pays ont interdit de fumer dans les lieux publics, de l’Afghanistan au Cambodge et au Salvador.

 

Plusieurs villes en Chine ont mis en place des lois antitabac, a déclaré M. Tedros, ajoutant : "Nous avons réalisé de grands progrès. Nous avons sauvé des vies".

 

En ce qui concerne l’augmentation de la taxe sur le tabac ou l’augmentation des prix des médicaments en vente libre, le rapport note également que des progrès notables ont été observés parmi les Etats parties, plus de 90% d’entre eux mettant en œuvre l'initiative.

 

Le même pourcentage a également interdit de fumer dans tous les lieux publics, notant qu' "un nombre considérable" ont également partagé leur expérience avec d’autres Etats sur l’extension des interdictions de fumer dans les environnements extérieurs et sur la modification de la législation antitabac existante pour incorporer les nouveaux produits du tabac.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/PML/GABON 2018

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1704 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Appel aux lecteurs et  amis d’Infosplusgabon !!

Diffusées  gratuitement  et  bénévolement  et  sans  publicité depuis  2005,  les informations  africaines de  votre agence de  presse en  ligne vous parviennent  en  quatre  langues depuis  six  mois. Aujourd’hui, pour  poursuivre notre  passion et  développer l’action  d’information d’Infosplusgabon,  nous avons  besoin de  vous.  Pour  nous aider, vous  pouvez effectuer un virement sur le compte :

NKOLO/INFOSPLUSGABON .  Banque  Internationale  pour  le Commerce  et l'Industrie du Gabon (BICIG).   Adresse Banque : Avenue du Colonel PARANT. PO Box 2241  Libreville - GABON.  CODE  IBAN : GA21 4000 1090 7340 2044 0005 477 - Code Swift : BICIGALXXXX -  Numero de  Compte 40204400054  Banque  Code Banque : 40001-  Code Agence : 09073. Clé  77.

Merci  d’avance aux  futurs contributeurs qui  répondront à  cet appel.

La  rédaction

redaction@infosplusgabon.com