Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Gabon : Les religions et sociétés secrètes font recette

Gabon-Société- Religions et société  secrète

Par Antoine NKOLO LAWSON

 

LIBREVILLE, le 14  février (Infosplusgabon) -  Malgré les avancées de la médecine moderne, les Gabonais recherchent  les moyens énergétiques dans le réservoir spirituel communément  appelé le sacré pour  résoudre tous les problèmes  courants de la vie afin de s’intégrer avec  harmonie dans la société.

 

 « C’est ainsi que pour se soigner, la population gabonaise  conjugue les médecines occidentale et traditionnelle à base de plantes ou de  fétichisme divers pour affronter les éléments de la nature », explique à Infosplusgabon le psychologue gabonais Onanga Opapé.

 

« Quelque soit son degré de développement intellectuel, lorsque l’Africain  sent une faiblesse, il recherche un appui moral supérieur. Il se fabrique des dieux tutélaires qu’il opposera aux puissances qu’il juge hostiles, dangereuses », poursuit Opapé.

 

Ainsi, ajoute-t-il,  " trois grands courants spirituels imprègnent l’Afrique de nos jours : la masse confuse de pratiques traditionnelles, vieillissantes mais tenaces, l’envahissant Islam et le Christianisme missionnaire sous toutes ses formes".

 

Pour ce psychologue basé  aujourd’hui en France,  « le continent noir demeure attaché à sa pensée millénaire. La situation dans toute l’Afrique Equatoriale et Centrale est sans doute trop complexe pour s’en arrêter aux détails. Elle peut se résumer comme une sorte d’incessantes guérillas que mènent les différentes formations religieuses locales, mal organisées mais ancrées dans la routine de tous les jours ».

 

« J’ai été paralysée pendant plusieurs mois et la médecine moderne n’a pas pu me soigner. En suivant des soins chez un guérisseur traditionnel, dans la brousse,  j’ai  recouvré peu à peu l’usage de mes jambes au prix de nombreux sacrifices rituels : immolation de volaille, scarification et consommation de  drogues etc. », témoigne Yolande M., une universitaire qui avait dû abandonner ses  études pour  solliciter des soins chez les Pygmées.

 

Rappelons qu’en Afrique centrale, les Pygmées détiennent des secrets importants, notamment le bienfait des plantes médicinales et comment leur combinaison, gardée secrète, arrive  à soulager les patients.

 

Elle fait remarquer en outre qu’il n’est pas irraisonnable  voire incompatible de  « suivre les soins modernes et les soins traditionnels même si ces derniers sont souvent dépourvus de dosages qualitatifs  et  manquent parfois de logique. Mais en tant qu’Africaine,  on ne peut renier les influences des traditions dans l’environnement où l’on vit ».

 

Depuis peu, les autorités gabonaises essayent de mettre de l’ordre dans  la pratique des soigneurs traditionnels, des  églises  et  temples religieux  qui abondent ,  en essayant de les rassembler en association afin qu’on puissent  délester les vrais  guérisseurs des charlatans.

 

 Le Cameroun, le Gabon, le Congo, la République Centrafricaine, le Rwanda  et le Burundi sont sérieusement entamés parfois non sans brutalités aux pratiques ancestrales. La pensée théologique de la vieille Afrique connaît-elle la conception d’un dieu suprême unique ou est-elle dominée par l’idée de pluralité divine fondamentale ?

 

C’est la question  que nous avons posée à  Firmin Ndongo, un  tradipraticien spécialisé  dans les guérisons des luxations et des fractures.  

 

« Mes doigts sont doués et j’ai hérité de cette faculté depuis des années auprès de mes parents qui soulageaient les malades de tout un village. La médecine traditionnelle  ne peut pas tout faire comme les interventions chirurgicales et  nous ne prétendons pas pouvoir tout  guérir. Mais  il existe  des  pans entiers de la médecine  traditionnelle qui dépassent la médecine moderne. Tel le traitement de certaines  fractures, de la stérilité ou de la folie »,  essaye de convaincre Ndongo.

 

L’arrivée au galop des églises dites éveillées au Gabon est perçue avec scepticisme, au regard des pratiques partagées par leurs adeptes. Toutefois, si l’on note des bonnes pratiques, des dérives occasionnées par les fréquentations de ces «nouveaux» lieux de culte sont à déplorer.

 

Des fidèles à cheval entre la pauvreté et  presque le suicide

 

La mission principale de l’Eglise est d’inculquer au genre humain la connaissance de Dieu et la crainte de ce dernier. Par extension, on parlerait de moraliser la société et servir d’aiguillon à cette dernière. Et sur ce point, en dépit de quelques cas isolés, la prolifération des églises éveillées au Gabon n’a pas failli à la tradition.

 

 Ce sont plus de 300  églises qui tiennent en haleine des fidèles à cheval entre la pauvreté et le suicide. Mais le nombre croissant de ces églises éveillées multipliant par conséquent le nombre des adeptes, n’a donc à coup sûr pas permis d’assainir l’environnement socio-culturel du Gabon, malgré des reconversions spontanées.

 

 Plus étrange encore, de nombreux toxicomanes, sorciers, voleurs, bandits de grands chemins et autres instables sociaux se sont réinsérés dans la société.

 

L’un des fâcheux revers de ces nouvelles églises, est leur soudaine transformation en lieu de business du sacré. De nombreux observateurs n’hésitent pas à dénoncer l’enrichissement sans vergogne de ces nouveaux  leaders nés d’inspiration chrétienne, menant au dépend des fidèles, grande vie.

 

Certaines sectes pratiquent des rites mystérieux, des initiations et des conjurations étranges. «L‘anachronisme des croyances en la réincarnation ou dans les esprits du bien ou du mal entraîne l’isolement de ces plus que croyants, par rapport à leur entourage et les renforce dans leur désir de vivre au sein des sectes», relève de son côté, le pasteur d’une église protestante qui a requis l’anonymat.

 

Mais le professeur Onanga Opapé tient à faire la différence entre «les sectes et les sociétés à caractère initiatique traditionnelle», religions qui existent depuis des milliers d’années.

 

 Pour lui, la Franc-Maçonnerie et la Rose Croix ne sont pas des sectes mais des «sociétés traditionnelles qui trouvent leur origine dans le temps». Le gouvernement refuse de traiter comme religion les activités de certaines sectes et de guérisseurs.

 

«Dans les zones rurales, ou la haine et la jalousie jouent souvent un grand rôle, les morts accidentelles, par exemples, ne sont pas admises et sont attribuées à «des pouvoirs pervers» d’un sorcier.

 

Le gouvernement gabonais estime que «ces sectes, qui se sont greffées aux grandes religions -catholicisme, protestantisme- du pays» provoquent une «entrave systématique à la liberté de conscience et à l’ordre public». ( Légende  photo  / ©  Infosplusgabon : : Scène d'initiation chez un guerisseur traditionnel)

 

FIN/INFOSPLUSGABON/ALN/2015

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 1712 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Appel aux lecteurs et  amis d’Infosplusgabon

Diffusées  gratuitement  et  bénévolement  et  sans  publicité depuis  2005,  les informations  africaines de  votre agence de  presse en  ligne vous parviennent  en  quatre  langues depuis  six  mois. Aujourd’hui, pour  poursuivre notre  passion et  développer l’action  d’information d’Infosplusgabon,  nous avons  besoin de  vous.  Pour  nous aider, vous  pouvez effectuer un virement sur le compte :

NKOLO/INFOSPLUSGABON .  Banque  Internationale  pour  le Commerce  et l'Industrie du Gabon (BICIG).   Adresse Banque : Avenue du Colonel PARANT. PO Box 2241  Libreville - GABON.  CODE  IBAN : GA21 4000 1090 7340 2044 0005 477 - Code Swift : BICIGALXXXX -  Numero de  Compte 40204400054  Banque  Code Banque : 40001-  Code Agence : 09073. Clé  77.

Merci  d’avance !  Et  merci aux  futurs contributeurs qui  répondront à  cet appel.

La  rédaction