Levée de boucliers de l'opposition ivoirienne contre un éventuel 3ème mandat du président Alassane Ouattara
Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Levée de boucliers de l'opposition ivoirienne contre un éventuel 3ème mandat du président Alassane Ouattara

Imprimer PDF

Abidjan, Côte d'Ivoire, 10  juin (Infosplusgabon) - L'évocation par le président ivoirien, Alassane Ouattara, de l'éventualité de se porter candidat pour briguer un troisième mandat en 2020, a suscité une réaction musclée des partis d'opposition, la qualifiant "d'inacceptable et de provocation contre le peuple ivoirien".

 

La coalition de partis d'opposition et d'organisations de la Société civile, Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), n'a pas tardé à réagir à la déclaration du président Ouattara dans un entretien accordé à l'hebdomadaire panafricain "Jeune Afrique", qui ne rejette pas l'éventualité d'être candidat à l'élection présidentielle de 2020, comme l'y autorise la Constitution de la 3ème République du 8 novembre 2016.

 

EDS a estimé que: "cette déclaration désormais ouverte n’est que pure provocation contre le peuple ivoirien. L’idée d’un troisième mandat, le chef de l’État actuel le sait, est anti-constitutionnelle, inacceptable et irréalisable en Côte d’Ivoire".

 

"La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes", a soutenu le président Ouattara dans son entretien à "Jeune Afrique", en vente cette semaine dans les kiosques.

 

Pour le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan, la nouvelle Constitution ne doit pas servir de prétexte à M. Ouattara pour briguer un troisième mandat en 2020, alors qu'il aura achevé ses deux mandats.

 

Cette déclaration du président Ouattara, qui suscite la colère de l'opposition, pourrait aussi raviver la mésentente avec le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, principal allié) qui exige la désignation de l'un de ses militants actifs comme candidat de la coalition Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dans le cadre de l'alternance de gestion entre partis alliés.

 

A défaut d'une désignation consensuelle d'un candidat au sein du RHDP, M. Ouattara avait marqué son option pour l'organisation de primaires pour choisir le meilleur candidat.

 

A contrario, certaines voix militent en faveur de la candidature du président du PDCI, Henri Konan Bédié, qui aura 86 ans en 2020, parce que la condition de l'âge limite du candidat qui doit avoir 75 ans a été supprimée.

 

Dans la présentation de son rapport risque-pays relatif à la Côte d'Ivoire, l'agence de notation Bloomfield Investment a noté un facteur politique plus volatile.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/ARE/GABON 2018

 

 

© Copyright  Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2464 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Retrouvez  tous les  jours vos  informations en  français  en Anglais et en Portugais   sur  www.Infosplusgabon.com