Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Libye: Fayez al-Sarraj demande un cessez-le-feu immédiat à Sebha

Imprimer PDF

Tripoli, Libye, 13  mai (Infosfosplusgabon) - Le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, Fayez al-Sarraj, a exprimé sa grande préoccupation face à l'escalade militaire dans la ville de Sebha (800 km sud de Tripoli), exigeant une trêve et un cessez-le-feu immédiat.

 

Dans un communiqué publié par le Bureau d'information du président du Conseil présidentiel samedi soir, M. al-Sarraj a appelé les parties en conflit à Sebha à "recourir à la raison", les exhortant à adopter l'approche du dialogue et de la compréhension mutuelle.

 

Il a invité "les sages, les dignitaires et les notables du Sud à intervenir d'urgence pour éteindre le feu de la sédition", exprimant son regret et sa tristesse que "des Libyens se battent entre eux".

 

M. al-Sarraj a réitéré son engagement à assurer la sécurité et la stabilité de la région du Sud, appelant toutes les parties "à respecter les décisions de la Commission" formée par le Conseil présidentiel pour le suivi de la situation au sud, qui, dit-il, "comprend les différentes composantes sociales et a été créée à la suite d'une visite de terrain à Sebha pour assurer la trêve et la prestation de services aux citoyens" .

 

M. al-Sarraj a souligné qu'il souhaitait "se tenir à égale distance" dans le conflit, appelant les belligérants " à arrêter l'effusion de sang et à faire prévaloir les intérêts du pays ". Il a souligné qu'"il n'y a pas de solution militaire à ce conflit".

 

"Nous travaillons à prendre les mesures nécessaires pour assurer un cessez-le-feu", a-t-il indiqué, notant qu'il rencontrera "les représentants des acteurs du Sud et agira d'une manière urgente en vue du règlement et de la réconciliation".

 

Il a indiqué qu'il engage "tous les efforts pour unifier les rangs des Libyens face à l'escalade dans le sud.

 

Pour sa part, la Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL) a affirmé qu'elle est profondément troublée par l'escalade la plus récente de Sebha qui a fait plus de 45 victimes

(morts et blessés) dont des civiles.

 

Dans un tweet, la Mission appelle à la retenue, à la reprise du dialogue et à la prédominance des voies de la raison.

 

Elle rappelle aux parties leur obligation de protéger la vie et les installations des civils en vertu du droit international humanitaire, assurant qu'elle déploiera tous les moyens possibles pour ramener le calme dans la ville.

 

La ville de Sebha, dans le sud du pays, est le théâtre d'affrontements "intertribaux" ces derniers jours, les plus violents depuis février.

 

En effet, depuis février, Sebha est en proie à des affrontements entre les tribus d'Awlad Sleiman et les Toubou, qui ont provoqué le déplacement de plus de 200 familles.

 

Le bilan établi jusqu'à la semaine dernière depuis le déclenchement des affrontements fait état de 23 morts et 91 blessés.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/MPO/GABON 2018

 

 

© Copyright  Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2015 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

DEPÊCHES