Les perspectives économiques de la Bad montrent un déclin des économies régionales
Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les perspectives économiques de la Bad montrent un déclin des économies régionales

Imprimer PDF

Abidjan, Côte d'Ivoire, 13 mars (Infosplusgabon) - La Banque africaine de développement (Bad) a élargi sa publication-phare, les Perspectives économiques en Afrique, avec cinq rapports régionaux, indiquant que les études économiques régionales ont été publiées à Tunis (Afrique du Nord), Abidjan (Afrique de l'Ouest et du Centre), Nairobi (Afrique de l'Est) et Pretoria (Afrique australe).

 

«En offrant des approches régionales pour la première fois, nous souhaitons tirer parti de l'expertise de la Banque et approfondir l'analyse ainsi que la pertinence de cette publication», a déclaré Célestin Monga, économiste en chef et vice-président de la gouvernance économique et du savoir.

 

"L'intégration de rapports spécifiques pour chaque région reflète l'importance que la Banque attache aux dimensions régionales du développement et de la croissance inclusive en Afrique", a déclaré Mohamed El Azizi, directeur général de la région Afrique du Nord.

 

Pour l'Afrique du Nord: une perspective positive pour 2018 et 2019.

 

La banque a déclaré que l'Afrique du Nord a terminé l'année 2017 avec une croissance de 4,9% du Pib réel, contre 3,3% en 2016. La performance économique de la région est supérieure à 3,6% en moyenne sur le continent, grâce à une production pétrolière plus élevée que prévu en Libye et à la performance du Maroc qui passe de 1,2% en 2016 à 4,1% en 2017, en raison de la productivité agricole accrue.

 

Les réformes macroéconomiques et structurelles de l'Egypte ont entraîné une croissance de 4% en 2017. Dans l'ensemble, la croissance dans la région de l'Afrique du Nord a été alimentée par de nouveaux secteurs à forte valeur ajoutée tels que l'électronique et la mécanique, ainsi que par la consommation privée et publique. Les perspectives de la région restent positives pour 2018 et 2019, en raison des réformes structurelles. La croissance en Afrique du Nord devrait atteindre respectivement 5% et 4,6% en 2018 et 2019.

 

Pour l'Afrique de l'Est: la meilleure performance économique du continent.

 

Selon Nnena Nwabufo, directrice générale adjointe de la Banque pour la région de l'Afrique de l'Est, les perspectives économiques de cette partie du continent mettent en évidence un certain nombre de politiques que les pays membres doivent mettre en œuvre pour transformer leurs économies.

 

L'Afrique de l'Est, avec 13 pays, a enregistré la meilleure performance économique du continent avec un taux de croissance du Pib de 5,9% en 2017 - un taux nettement supérieur à celui des autres régions du continent et supérieur à la moyenne continentale de 3,6%.

 

La bonne performance de la sous-région de l'Afrique de l'Est est stimulée par six pays: l'Éthiopie, la Tanzanie, Djibouti, le Rwanda, les Seychelles et le Kenya. Les perspectives restent positives pour 2018 et 2019, avec une croissance qui devrait se poursuivre, atteignant 5,9% en 2018 et 6,2% en 2019.

 

Pour l'Afrique australe: la reprise économique a commencé, mais la croissance a été contrastée.

 

Estimée à 1,6% en moyenne en 2017, la croissance du Pib réel en Afrique australe devrait s'améliorer pour atteindre 2% en 2018 et 2,4% en 2019.

 

Josephine Ngure, directrice générale adjointe de la Banque pour l'Afrique australe, a déclaré: «La région Afrique australe a fait des progrès considérables dans la lutte contre la pauvreté et l'amélioration de la qualité de vie de ses habitants, à travers des politiques visant l'accélération de l'industrialisation et la promotion de la croissance ainsi que la création d'emplois".

 

Cependant, les prévisions économiques restent prudentes, notamment en raison des modèles de croissance très différents des économies de la région.

 

La «locomotive» économique de la région, l'Afrique du Sud, montre des signes de ralentissement de la croissance et, éventuellement, de déclin de la croissance, tandis que les pays à faible revenu et les économies en transition, comme Madagascar et le Mozambique, enregistrent une croissance plus importante.

 

"Les déficits budgétaires élevés et la dette publique croissante posent des défis à la stabilité macroéconomique dans plusieurs pays d'Afrique australe. Les gouvernements devraient mettre en place des mesures pour améliorer la mobilisation des ressources nationales et des fonds du secteur privé afin de garantir des niveaux de dépenses de développement adéquats, stimuler la croissance et créer des emplois, en particulier pour les jeunes ", a déclaré Stefan Muller, l'économiste principal de la Banque pour l'Afrique australe.

 

Pour l'Afrique de l'Ouest: Des progrès dans un panorama contrasté.

 

Après plusieurs bonnes années, la croissance économique en Afrique de l'Ouest a stagné à 0,5% en 2016. La baisse du prix des matières premières et la performance médiocre du Nigeria, qui représente à lui seul environ 70% du Pib de la sous-région, ont été parmi les principaux facteurs identifiés comme responsables de la stagnation.

 

La croissance économique en Afrique de l'Ouest a rebondi à 2,5% en 2017 et devrait atteindre 3,8% en 2018 et 3,9% en 2019.

 

La consommation des ménages et la reprise relative des prix de certains matériaux devraient contribuer à cette performance.

 

Marie-Laure Akin-Olugbade, directrice générale adjointe de la Banque africaine de développement pour l'Afrique de l'Ouest, a identifié la création d'emplois, en particulier pour les jeunes, comme le grand défi pour la sous-région.

 

"Les Perspectives économiques régionales pour l'Afrique de l'Ouest 2018 présentent une analyse complète de l'économie et du marché du travail de 15 pays, mettant l'accent sur la stabilité macroéconomique, l'emploi et la pauvreté de la population vivant en Afrique de l'Ouest. N'oublions pas que certains pays de cette sous-région sont confrontés à d'énormes problèmes de sécurité ", a-t-elle déclaré.

 

Pour l'Afrique centrale: de meilleures perspectives après une performance modeste.

 

La région de l'Afrique centrale a enregistré un Pib réel de 0,9% en 2017, soit le taux de croissance le plus bas du continent, bien qu'il représente une amélioration relative par rapport à la croissance de 0,1% en 2016. Cette performance sous-régionale masque de nombreuses disparités entre les pays: une croissance relativement bonne pour le Cameroun et la République centrafricaine, et une très faible croissance pour la Guinée équatoriale et le Congo.

 

Les difficultés économiques en Afrique centrale sont largement dues à la baisse des prix des matières premières, dont dépendent fortement certains pays de la région, ainsi qu'aux menaces récurrentes à la sécurité dans d'autres.

 

Les perspectives pour 2018 et 2019 sont plus encourageantes, alimentées par la hausse des prix mondiaux des matières premières et de la demande intérieure.

 

Selon les projections de la Banque, la croissance du Pib réel en Afrique centrale devrait atteindre 2,4% en 2018 et 3% l'année suivante. D'autres facteurs favorables incluent une gestion macroéconomique saine et un environnement institutionnel plus favorable.

 

"Avec l'amélioration de la situation économique au Congo et en Guinée équatoriale, les performances économiques de la sous-région devraient s'améliorer en 2018 et 2019. Il serait bon d'inclure cette amélioration dans le temps grâce à la diversification des économies de la sous-région ", a déclaré Racine Kane, directeur général adjoint de la Banque africaine de développement pour l'Afrique centrale.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/PML/GABON 2018

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2657 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Appel aux lecteurs et  amis d’Infosplusgabon !!

Diffusées  gratuitement  et  bénévolement  et  sans  publicité depuis  2005,  les informations  africaines de  votre agence de  presse en  ligne vous parviennent  en  quatre  langues depuis  six  mois. Aujourd’hui, pour  poursuivre notre  passion et  développer l’action  d’information d’Infosplusgabon,  nous avons  besoin de  vous.  Pour  nous aider, vous  pouvez effectuer un virement sur le compte :

NKOLO/INFOSPLUSGABON .  Banque  Internationale  pour  le Commerce  et l'Industrie du Gabon (BICIG).   Adresse Banque : Avenue du Colonel PARANT. PO Box 2241  Libreville - GABON.  CODE  IBAN : GA21 4000 1090 7340 2044 0005 477 - Code Swift : BICIGALXXXX -  Numero de  Compte 40204400054  Banque  Code Banque : 40001-  Code Agence : 09073. Clé  77.

Merci  d’avance aux  futurs contributeurs qui  répondront à  cet appel.

La  rédaction

redaction@infosplusgabon.com