Bannière

[ Inscrivez-vous ]

Newsletter, Alertes

Les victimes de la crise de 2012 réclament leur implication dans la recherche de la vérité, selon un rapport

Imprimer PDF

Bamako, Mali, 14  février (Infosplusgabon) -  Les victimes de la crise sécuritaire que le Mali a connue, marquée par l'occupation de trois régions du nord (Tombouctou, Gao et Kidal) par des rebelles touaregs indépendantistes appuyés par des djihadistes de tous horizons, demandent leur implication dans la recherche de la vérité pendant cette période, selon un rapport remis mardi à Bamako, au président de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (Cvjr), Ousmane Oumarou Sidibé.

 

 

 

Ce rapport a été produit par Avocats sans frontières Canada. Près de 3.800 victimes ont été consultées dans ce document par le Projet justice, prévention et réconciliation (Juprec).

 

Les victimes de la crise de 2012 disent être impatientes d’être impliquées dans la recherche de la vérité, une des conclusions dudit rapport intitulé « pour une justice transitionnelle efficace et inclusive », dans lequel certaines des victimes demandent aux autorités du pays de ne pas les oublier dans le cadre des réparations des dégâts.

 

Recevant ce rapport, Ousmane Oumarou Sidibé, ancien ministre malien, souligne que ce document servira de base de travail pour la Cvjr qui est en train de préparer une politique de réparation en faveur des victimes, ajoutant qu'une audience publique aura lieu en 2018 pour permettre aux victimes de la crise de s'exprimer pour la manifestation de la vérité et les réparations.

 

De son côté, Me Pascal Paradis, directeur général d’Avocats sans frontières Canada, a indiqué que l’objectif de ce rapport est de mettre la lumière sur les violences commises lors de la crise de 2012.

 

Pendant l'occupation des régions du nord qui couvrent les 2/3 du territoire malien, plusieurs exactions ont été commises par les djihadistes "au nom de la charia", notamment des lapidations pour adultère, des amputations de bras pour vol, des tortures de toutes sortes.

 

Des viols massifs sur des femmes dont certaines étaient mariées par forces aux djihadistes eux-mêmes ont été mentionnés dans le rapport. "Ils m'ont violée devant ma mère dont ils ont coupé un sein. Elle est morte à la suite à cet acte ignoble", révèle une jeune fille dans le rapport qui fait cas également des exactions commises par les forces armées maliennes à certains endroits du nord et du centre Mali, sur des populations innocentes qu'elles prenaient pour des terroristes.

 

 

FIN/INFOSPLUSGABON/GHB/GABON 2018

 

 

© Copyright Infosplusgabon

Qui est en ligne!

Nous avons 2895 invités en ligne

Publicité

Liaisons Représentées:

Newsflash

Retrouvez  tous les  jours vos  informations en  français  en Anglais et en Portugais   sur  www.Infosplusgabon.com